Fille Gentille Contre Femme Bienveillante.

Article original Par Asia Suler

Fille Gentille Contre Femme Bienveillante

Cet article est un peu éloigné de mes sujets d’origine (La nature, les plantes, la poésie, l’écologie et la métaphore), mais avec la marche sur Washington ce week-end, et le potentiel de tant de femmes, puissantes dans leur position de force à travers tout le pays- clamant avec des cœurs multiples mais d’une seule voix forte, que nous ne resterons pas témoins passives du rabaissement d’une partie de la population- m’a fait réfléchir aux anciennes traditions prêtes à mourir. Les vues traditionnelles prêtes à expirer.
Cela m’a fait d’autant plus réfléchir au concept de notre culture totalement et complètement dépassé.

>>>La fille gentille:<<<

Vous voyez de qui je parle. Vous pourriez en être une vous-même :

La fille gentille

A un moment, alors que je grandissais, j’ai intégré l’idée qu’il fallait absolument être une « gentille fille ». Ce n’a jamais été du fait de mes parents, c’est comme si cela avait juste été imprégné jusque dans les murs de notre culture. Très tôt, je me suis rendu compte qu’en tant que femme (et empathique qui plus est) la vie serait plus facile pour moi si je devenais indéniablement gentille.
Plaisante, affable, agréable. Voici comment le définis le dictionnaire.
Et inconsciemment, c’est la façon dont je me suis constituée pour exister dans le monde. Je suis devenue quelqu’un qui mettait toujours les besoins des autres avant les miens, avec toujours une attitude de complaisance enjouée.
Alors même que je me grandissais avec une scolarité, du savoir, des expériences de vie, le lancement et le maintiens de ma propre entreprise, il y avait toujours ce besoin d’être une fille gentille.
Ce qui voulait dire, entre autre, d’accepter des situations dans lesquelles je ne me sentais pas à l’aise ou en résonance.
Dire oui quand je voulais dire non.
Faire l’impossible pour être sûre que je n’empiétais sur le terrain de qui que ce soit.
M’excusant pour des choses dont je n’avais absolument pas besoin de me sentir désolée, comme dire ma pensée où simplement apprécier ma vie.
Heck, j’ai vécu (et heureusement stoppé) des relations qui avaient pris forme simplement parce que je ne pouvais pas dire « non » aux intérêts de quelqu’un d’autre.

Je m’étais tellement concentrée sur le soin à apporter aux sentiments des autres que je ne parvenais même plus à me faire confiance.

f3fff6f77693e1e7e33b785675caade2 Yellow Rose -Daniel F. Gerhartz

Parfois la gentillesse vous mène si loin dans le trou que vous en perdez même la façon de comprendre de quoi vous avez besoin au plus profond de vous :

Je me souviens d’un ami qui avait l’habitude d’être constamment frustré avec moi car à chaque fois qu’il me demandait ou je voulais aller dîner ou quel film je voulais voir, je n’avais jamais de réponse immédiate à lui donner. A chaque fois que l’on me posait la question de ce que je voulais c’était le vide. A cette époque cet amis pensais que je faisais exprès d’être évasive, mais la réalité est que je n’avais aucune idée de ce que je voulais. J’avais passé tellement de temps à être une fille gentille que j’avais perdu la trace de la FEMME qui avait des intérêts et désirs immédiats.
Dans notre pays, être une fille gentille est une attente tellement martelée que c’en est douloureux, et parfois choquant, de réaliser que nous avons cultivé tant de gentillesse que nous en avons émoussé notre propre pouvoir.
Mais en tant que descendantes et filles de ce que l’historienne féministe Max Dashu expose comme étant plus de mille ans d’oppressions, il est important de ne pas perdre de vue que c’est un mécanisme de défense qui a mis un millénaire à se mettre en place.
Pour nos mères, nos grands-mères, et la plupart des femmes avant nous, être une fille gentille ne rendait pas juste le monde plus amical, ça vous gardait littéralement en vie. Pour beaucoup de femmes vivant actuellement c’est toujours le cas.

Devenir et demeurer une Gentille fille est un forme de malnutrition pour l’âme d’une femme:

Rester une fille gentille est juste cela: Demeurer aux yeux du monde, une fille.

Et il est clair que le monde, notre monde souffrant de déséquilibres est affamé de quelque chose de différent.

women-in-painting-ferdinand-heilbuth-figurative-painting-french-painter-of-19-century-21Woman on a Riverbank – Ferdinand Heilbuth

Je me souviens avoir fait partie d’un panel où chacun des orateurs était présenté avec un court résumé de leur travail, et le type de médecine de chacun. J’étais l’une des dernière à être présentée par le gentleman d’un âge respectable qui gardait le micro et le point central de son speech prévoyait de me décrire et l’ensemble de mon œuvre à ceci :
Asia est douce.
Je suis restée plantée sur la scène et me suis sentie petite et fragile comme un bonbon dans la poche de quelqu’un d’autre.
Lorsque l’on se dévoue à être une fille gentille, on abandonne à la fois le pouvoir et l’autorité.
A la racine, « gentille » est quelque chose de défini par les autres.

On ne s’autoproclame pas gentille.
Gentille est un titre décerné par ceux à qui vous avez plu, une récompense pour avoir été agréable.

Votre compétence à remplir ce rôle est entièrement jugé, décidé et délivré par d’autres. En tant que fille gentille, nous n’avons pas le pourvoir de décider si oui ou non nous sommes compétente ; cela repose directement dans les mains de ceux qui nous jugent comme gentilles.
En regardant les distorsions médiatiques qui nous entourent, une pénombre dans laquelle nous nageons comme si c’était la plus naturelle des eaux, je ne peux m’empêcher de ressentir monter une vague de soif de justice inonder mon cœur.
Il est temps que nous revendiquions notre propre capacité à nous définir.
A reprendre possession de notre représentation.
Il est temps de raviver l’image des femmes ou qu’elles soient pour qu’elles soient représentées dans leur intégralité.

Il est temps de se débarrasser du poison doucereux qu’est « gentille ».

Procurons nous et pour nos filles un moyen d’interagir avec le monde avec plus de pouvoir.
Rassemblons l’entièreté de nos âmes et équilibrons cette terre.

Soyons bienveillantes.

asia-on-winter-walk

>>>La femme bienveillante<<<

Au lieu d’enseigner à nos filles à être gentilles, pourquoi ne pas les élever pour qu’elles deviennent des femmes bienveillantes ?
Des femmes dont la bonté ne dépend pas de la façon dont les autres les perçoivent, mais de la façon dont elles ont décidé de se tenir à la face du monde ?
Merriam Webster définis la bienveillance comme le fait de « vouloir et aimer faire de bonnes choses et apporter de la joie aux autres. »
En fait, la bienveillance est quelque chose qui nous appartiens.
Quelque chose que nous mettons en place, au lieu de quelque chose que nous accomplissons.

La bienveillance est quelque chose que nous pouvons décider pour nous même.
La bienveillance c’est la tendresse.

C’est la grâce de notre attention, un don que nous pouvons décider d’attribuer.
Gentil est tiède sont vite oubliés.
La bienveillance est une force en soi.

La bienveillance est grandeur.

Dans de nombreux mythes issus de différentes cultures, nous entendons les références à l’ancienne déesse comme étant bienveillante (bien qu’aussi souvent la grande déesse choisisse d’être profondément sauvage, sévère et stricte).
Mais nous n’entendons jamais que la déesse est gentille.
Les déesses ne sont simplement pas gentilles.
La gentillesse n’est juste pas suffisante pour la grandeur que représentent l’énergie féminine, la compassion et l’attention.
Il est dans notre nature d’être bienveillante, La bienveillance est quelque chose que l’on peut donner. La gentillesse est quelque chose pour laquelle nous devons nous façonner.

img_3054

Sophia Rose of La Abeja Herbs (photo by Jonah Welch)

Combien de fois avons-nous réagis à l’injustice en étant gentilles, agréables, mesurées alors que nous aurions pu être bienveillantes ?
C’est la bienveillance et pas la gentillesse qui fait véritablement une différence dans le monde.
De quelle façon ce monde pourrait-il évoluer si nous étions toutes élevées en femme bienveillante ?
Les filles gentilles sont silencieuses face à l’injustice, d’autant plus quand elle les concerne.
Les femmes bienveillantes prennent en compte ce qu’il y a de mieux pour la santé de tous, ce qui signifie faire face à ceux qui ont causé les tors. elles savent que de dénoncer les gens auteurs leurs propres conneries comme leur ombre, est important pour la guérison du monde dans son ensemble.

Cela me rappelle un fois lorsque j’avais vingt ans à une fête jacuzzi. Un étranger avec lequel plusieurs de mes amis discutait, m’a invité à s’asseoir à côté de lui pour prendre part à la conversation. Une fois proche de lui, il a discrètement glissé sa main dans mon maillot de bain. J’étais en état de choc. Et ma réaction immédiate, celle dont je pensais être la plus sure, était d’être gentille : Je suis restée abasourdie un instant, puis me suis éloignée sans faire de commentaires, pour sortir du bain afin de rassembler mes affaires et retrouver mes amis en larmes pour repartir en urgence.
Jusqu’à aujourd’hui, je me demande…que ce serait-il passé si j’avais été bienveillante ?
Ça aurait été bienveillant, pour tous ceux présents, si j’avais dénoncé la transgression de cet homme.
Bienveillant si j’avais été capable de le regarder dans les yeux pour lui dire que ses actions étaient inappropriées et déplacées. Bienveillant encore si j’avais été capable de lui faire face, non pas comme un oppresseur dont je devais me protéger en neutralisant la situation, mais comme une personne faisant sérieusement fausse route qui peut être ne comprend pas ce qu’avoir des liens sains avec les autres veut dire.
De le regarder dans les yeux et lui demander pourquoi il pensait que je pouvais être d’accord pour qu’il me touche sans mon consentement.
D’expliquer combien je me sentais brisée déphasée et impuissante. De lui laisser de la place pour confronter ses propres démons.
Ça ce serait de la bienveillance.

milla

Milla Prince of The Woman Who Married a Bear

La nuit dernière, j’ai fait un rêve.
Je menais un terrible combat à main nues avec mon amie Claire, l’une des absolument plus gentille femme qu’il m’ai été donné de rencontrer. Claire, qui sans hésitation se place en dernier, est extrêmement douce. C’est la dernière femme que je m’attendrai à voir dans un combat à main nues. Dans les fait, cette amie et moi n’avons jamais eu maille à partir (nous sommes, après tout, deux filles très gentilles) mais dans ce rêve nous étions terrifiantes. Vicieuses, méchantes, en colère, sans savoir pourquoi.
En un assaut nous avons tout lâché. Nous nous sommes littéralement déchirées dans un ouragan de rage qui a molesté nos âmes. Ensuite, allongées, hagardes, nous nous tenions mutuellement avec gratitude et en nous sentant plus légères que jamais.
Ma première réaction en me levant était la confusion, pourquoi aurai-je pu vouloir me déchirer avec claire ? Puis j’ai réalisé. Nous ne nous combattions pas mutuellement, de la façon la plus directe possible, nous détruisions la fille gentille qui vivait en nous.
Et il était temps.

sylvia-fierceSylvia Linsteadt of Wild Talewort

Le féminin, le féminin divin a été affamé sur notre terre. La bienveillance, avec la compassion du fond du Cœur, est la nourriture qui ramènera l’équilibre à nouveau.
Donc, la prochaine fois que vous vous sentez une pression pour que vous disiez oui alors que vous voulez dire non.

La prochaine fois que votre honnêteté vous parait malaisée. La prochaine fois que vous vous sentez insignifiante et petite ? Regardez dans le miroir et dites-vous que vous êtes une femme bienveillante. Et voyez à quelle vitesse la déesse qui est en vous une fois nourrie s’élève.
La prochaine fois que votre fille fait quelque chose d’abrupte ou de mal adapté, au lieu de dire « soit gentille » essayez, « sois bienveillante ». Parce qu’un jour elle deviendra une femme, et cette bienveillance pourrait sauver le monde.

mothers-love

Mother’s Love by Phoebe Wahl

Toutes les photos de cet article sont des femmes en qui je vois une bienveillance farouche et qui changent le monde par leur grandeur. Je vous recommande chaudement de voir ce sur quoi elles travaillent.
(All the photos featured in this section of the piece are women I look up to as fiercely kind, and changing the world with their bigness. I highly recommend checking out their work)

Aussi par Asia Suler:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s