L’Herbier de Culpeper et les tempéraments des plantes

200px-in_effigiam_nicholai_culpeper_equitis_by_richard_gaywood
image: wikipedia

Ou comment utiliser la table de l’herbier de Culpepers sur le tempérament des herbes:

Lien  vers pdf : culpepers complete herbal (002)

L’herbier de Culpeper, médecin anglais du 17è siècle – Une explication sur le tempérament des herbes.

Traduit de http://www.complete-herbal.com/culpepper/temperaments.htm

 

I :

 

a

Image: http://spitalfieldslife.com

Tous les remèdes considérés simplement en eux même sont soit chaud, froid, humides, secs ou tempérés.

Les propriétés des remèdes sont évalués dans le respect de l’humain, non pas en elle-même ; cars les simples que l’on appelle chaudes sont celles qui chauffent nos corps ; les froides celles qui le refroidissent ; et les tempérées celles qui n’opèrent absolument aucun changement que ce soit respectivement en chaleur, froidure, sécheresse, ou humidité.

Et de celle qui peuvent être tempérées, comme n’étant ni chaude ou froide, pourtant, peuvent être humide ou sèche, ou n’être ni humide ni sèche, peuvent pourtant être chaude ou froide, où, finalement n’être ni chaude, ni froide, ni humide ni sèche.

II :

title-page1Entre les tempéraments il n’y a pas de degrés de différence, les différence des autres qualités sont divisées en 4 degrés, en commençant par tempéré ; de telle façon qu’un remède puisse être désigné comme étant  chaud, froid, humide ou sec au premier, second, troisième ou quatrième degré.

L’usage de remèdes tempérés est voué à ces situations où, n’ayant pas en apparence d’excès des tempéraments initiaux, il est nécessaire de préserver le corps tempéré, de conserver la force, et de réparer la nature déclinante.

Nous observons, que ces remèdes que nous appelons froids, ne sont pas nommés ainsi car ils seraient véritablement froids en eux même, mais parce que le degré de leur chaleur se trouve être sous celui de notre température corporelle, et ainsi, uniquement relativement à notre propre température peuvent-elles être désignées comme étant froides, bien qu’elles soient par essence véritablement chaudes ; car sans chaleur, il ne pourrait y avoir ni végétation, pousse ou vie quelconque.

III:

Ainsi les remèdes chauds au premier degré, sont de chaleur équivalente avec nos corps n’y apportant qu’une chaleur naturelle, s’il advenait que par nature ou par accident ils soient refroidis, préférant de cette façon la chaleur naturelle en cas de faiblesse, et la restaurant lorsque c’est nécessaire.

Leurs usages sont:

  •                 De rétrécir les humeurs offensives, afin qu’elles puissent être expulsées par la sueur ou la transpiration.
  •                 Par application extérieur de rabattre l’inflammation et les fièvres par l’ouverture des pores de la peau
  •                 Aider à la concoction (la substance préparée pour l’usage par le corps – précédant la nourriture), et conserver le sang dans la bonne température.

c

Image: http://spitalfieldslife.com

IV :

Ceux qui sont chauds au second degré, pour autant qu’ils surpassent les premiers, de même que notre chaleur naturelle augmente en température.

Leur usage est d’ouvrir les pores, et de dégager les obstructions, en traversant les humeurs de part en part, par l’essence de leur force et puissance, lorsque la nature n’y parvient pas.

b

Image: http://spitalfieldslife.com

V :

Ceux qui sont chaud au troisième degré sont plus puissants dans leur échauffement, ils sont capables d’enflammer et de causer les fièvres.

Leur usage est de provoquer la sueur ou une extrême transpiration, et d’éradiquer les humeurs, et c’est ainsi que tous résistent au poison.

e

Image: http://spitalfieldslife.com

VI :

Ceux qui sont chaud au quatrième degré brûlent le corps en cas d’application externe.

Leur usage est de causer l’inflammation, créer des ampoules et corroder la peau.

d

Image: http://spitalfieldslife.com

 

VII :

Ainsi les remèdes qui sont froids au premier degré, correspondent de manière diamétralement opposée aux remèdes chauds en terme de température.

Leur usage est :

1 : de calmer la chaleur de l’estomac et aider à la digestion.

2 : de rabattre la chaleur en situation de fièvre

3 : De rafraichir les esprits qui suffoquent.

g

Image: http://spitalfieldslife.com

VIII :

Ceux qui sont froids au troisième degré sont tels qu’ils ont une force de répercussion.

Et leur usage est :

1 : De ramener la matière, et stopper les dépressions

2 : De rendre les humeurs épaisses et

3 : De limiter la violence de la bile, réprimer la transpiration et empêcher l’esprit de s’évanouir.

h

Image: http://spitalfieldslife.com

IX :

Ceux qui sont froids au quatrième degré sont tels qu’ils stupéfient les sens.

Ils sont utilisés,

1 : Dans le traitement de douleurs violentes.

2 : Pour les tourments ultimes, et ce genre de cas où la vie ne donne plus d’espoirs.

i

Image: http://spitalfieldslife.com

X :

Les remèdes asséchants consument les humeurs, arrêtent les flux, raidissent les membres et renforcent la nature. Mais si l’humidité est déjà épuisée, alors elles consument la force naturelle.

j

Image: http://spitalfieldslife.com

XI :

Ceux qui sont secs au premier degré renforcent ; au second degré lient ; au troisième arrêtent les flux, mais gâchent l’alimentation et mènent à l’épuisement ; au quatrième, ils assèchent l’humidité radicale, qui étant épuisée, le corps n’a plus d’autre besoins que de périr.

k

Image: http://spitalfieldslife.com

XII

Les remèdes humides sont l’opposés d’asséchants, ils sont lénifiants, et rendent glissants.

Ils ne peuvent excéder le troisième degré, toute choses étant soit chaudes soit froides : La chaleur assèche et le froid congèle, les deux détruisant l’humidité.

l

Image: http://spitalfieldslife.com

XIII:

Ceux qui sont humides au premier degré, apaisent les toux et aident aux irritations de la trachée; au second, relâchent le ventre ; au troisième rendent l’ensemble de l’enveloppe corporelle gonflée et flegmatique ; l’emplissant d’hydropisies, de léthargies et d’autres maux similaires.

m

Image: http://spitalfieldslife.com

XIV

Ainsi sont les remèdes qui s’adaptent suivant leur température, dont les qualités actives sont la chaleur et le froid, et dont les passives sont la sécheresse et l’humidité.

n

Image: http://spitalfieldslife.com

XV

Les qualités actives éradiquent les maladies, les passives sont soumises à la nature.

Ainsi, les remèdes chauds pourraient soigner l’hydropisie en dégageant les obstructions ; et les même pourraient aussi soigner la jaunisse par ses qualités d’attraction pas sympathie avec l’humeur abondante.

Et à contrario, les médecines froides pourraient réprimer ou faire tomber une fièvre, en faisant se condenser les vapeurs chaudes, et pourraient de même pourraient arrêter l’inflammation ou le relâchement.

p

Image: http://spitalfieldslife.com

 

Les tempéraments et les humeurs : introduction (1/6)

Lexique sorcier des herbes pour potions

Lexique Anglais / Dénomination Binominale des plantes

culpepers complete herbal (002)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s