La Vision D’Un Herbaliste Sur Les Maux de Tête.

7song-burning-man-black-rock-city-nv-sept-1-2016-2-of-2-768x512

La vision d’un herbaliste sur les maux de tête par 7song, Directeur de la Northeast School of Botanical Medicine et Ithaca free clinic :

NDT: Cette article est à but pédagogique uniquement et ne saurait se prévaloir d’une consultation chez votre praticien de santé. Certaines plantes citées peuvent être natives d’un autre continent et ou être protégées et ou toxiques.

Article original

An Herbalist’s View-Headaches 7Song, Director
Northeast School of Botanical Medicine
P.O. Box 6626 Ithaca, NY 14851
607-539-7172 http://www.7song.com

Les maux de tête sont un problème très commun. La majorité des personnes en feront l’expérience d’au moins une grosse migraine par ans alors qu’un nombre substantiel d’autres en souffriront bien plus fréquemment.
Les maux de tête diminuent la qualité de vie d’un grand nombre de personnes qui sont contraints à subir la douleur et la désorientation de ces évènements.
Les maux de tête sont plus un symptôme que le problème lui-même, et sont généralement une douleur dont l’origine proviens de divers zones corporelles.
Ils peuvent indiquer de sérieux déséquilibres tels qu’une tumeur ou une hémorragie cérébrale, mais de façon bien plus commune ils sont un symptôme non lié au cerveau ou un déséquilibre grave.

Le cerveau en lui-même est quasiment insensible à la douleur ; donc les maux de tête sont rarement l’indication d’un problème dans cette zone.

Ils sont le signe qu’il y a un défaut quelque part, un dilemme constitutionnel ou pathologique.

Cela nous suggère qu’en voulant traiter un mal de tête, d’autant plus s’il est chronique, il est alors impératif de rechercher la cause sous-jacente. En ne faisant qu’alléger la douleur, la pathologie responsable pourrait empirer. Soulager la douleur demeure l’objectif principal, mais la raison du mal de tête se doit d’être traitée.
Les maux de tête sont célèbres pour être difficiles à traiter.
Leurs origines sont souvent mystérieuses et un trop grand nombre de raisons peuvent mener à cette impasse. Malheureusement, même lorsqu’un remède efficace est trouvé, son efficacité semble diminuer rapidement.

Ceci n’est pas pour but de décourager la tentative de remédier, mais de faire savoir au praticien que cette situation arrive fréquemment.
Toute forme de soulagement peut faire une différence appréciable dans la vie d’un migraineux.

Un point important pour les praticiens herbaliste à prendre en compte, est de se souvenir que nous voyons souvent des gens qui ont fait de nombreux parcours médicaux avant d’avoir ‘’recours ‘’ à un herbaliste.

Ce qui rend les cas souvent difficiles, mais la phytothérapie alliée à une bonne évaluation a de bonnes chances de succès.
Un autre problème que les herbalistes doivent prendre en compte, est l’évaluation de l’intérêt pour l’utilisation d’herbes aux qualités sédatives puissantes lorsqu’il est difficile de diminuer le mal de tête lui-même.

Le problème qui se pose ici est courant lorsqu’il s’agit de traiter une douleur débilitante.
Vous pouvez généralement donner des herbes qui sont suffisamment fortes pour diminuer la sensation de douleur, mais ces dernières interfèrent généralement avec les fonctions cognitives.

Et du fait que quelqu’un avec des maux de tête récurrents a toujours besoin de poursuivre ses activités quotidiennes, les herbes sédatives puissantes peuvent rendre groggy et diminuer la capacité à vivre normalement.
C’est une négociation entre leur sensation de douleur et la capacité à mener les activités du quotidien de manière satisfaisante.

Les types de maux de tête

La liste ci-dessous n’est pas exhaustive, avec un listing aléatoire de catégorie de maux de tête.
Son but est de présenter une quantité de types de maux de tête basé sur des concepts de physiopathologies et des modèles constitutionnels holistiques.
Dans le domaine de la physiopathologie, il y a globalement deux catégories principales de maux de tête : vasculaires et de tension. Ces deux catégories sont ceux que l’on rencontre généralement au quotidien. La liste ci-dessous comprend certain types de maux de tête, et beaucoup d’autres ont été écartés pour conserver un peu de brièveté.

Beaucoup de maux de tête sont idiopathiques, sans cause connue, les symptômes et les facteurs déclenchants étant spécifiques à chaque individu. Bien qu’ils soient parfois classables, ils tombent souvent dans les marges ou en dehors des catégories définies.

Dans un modèle constitutionnel, le diagnostic médical peut être pris en compte, mais l’accent doit être mis sur l’examen de l’individu et la recherche de tendances tels que les excès ou les déficiences qui peuvent créer des déséquilibres causes de maux de tête (voir polarités constitutionnelles)

1. La réponse allergique :

Cause des maux de tête par plusieurs mécanismes dont le relâchement de molécules inflammatoires et un changement de vascularisation. La douleur est souvent continue, lancinante et sourde, particulièrement dans les stades allergiques tardifs.

2. Mal de tête d’altitude :

Très commun dans les stations élevées, souvent associé à d’autres problèmes d’altitude comme la léthargie et la somnolence. On trouvera parmi les remèdes de descendre en altitude et de mâcher des racines de Ligusticum (livèche). Cela permettra de diminuer la douleur rapidement et permettre l’acclimatation.

3. Tumeur cérébrale :

Bien que les tumeurs cérébrales puissent causer des maux de tête, la grande majorité des maux de tête ne sont pas des tumeurs. Les tumeurs sont des pathologies sérieuses et sont difficiles à séparer des autres types de maux de tête. Si on soupçonne une tumeur, il est nécessaire de réaliser un IRM, scanner, radio pour déterminer ou non son existence.

4. L’infection bactérienne et virale :

Les infections peuvent causer des maux de tête comme on peut le voir avec les empoisonnements alimentaires (bactériens) ou la grippe (viral). Le traitement se basera sur des remèdes symptomatiques comme des anti-inflammatoires pour la douleur tout en traitant l’infection.

5. Névralgie faciale :

Ils sont de façon très caractérisé particulièrement aigus, très douloureux et les douleurs de l’individu sont de courte durée. Ils surviennent généralement quelque fois par jours et peuvent survenir de façon groupée durant plusieurs semaines. Bien que ce ne soit pas commun, cela rend la vie difficile pour ceux qui en souffrent. C’est un type de mal de tête vasculaire.

6. Excès ou déficiences constitutionnelles :

Ils sont typiques de déséquilibres constitutionnels, qui peuvent entrainer une grande diversité de maux de têtes. Excès et déficiences sont un bon point de départ pour explorer les disparités constitutionnelles d’un individu. L’une des méthodes pour déterminer si les maux de tête sont causés par l’un de ces deux domaines est de déterminer si la douleur augmente ou diminue après la selle. Si le mal de tête est de nature excessive il sera généralement diminué après la selle alors qu’il pourrait être empiré dans une nature déficiente. Comme avec la plupart des problèmes liés aux constitutions, les remèdes tenteront de ramener l’harmonie à l’équilibre. Cela passe par l’utilisation d’herbes nutritives pour les déficiences et des herbes drainantes pour les excès.

7. Déshydratation :

Une cause fréquente de maux de tête en extérieur. Demandez aux personnes combien d’eau ils ont bu récemment particulièrement dehors. Demandez-leur de faire la distinction entre l’eau et les autres boissons telles que les sodas et le café. Ils devraient boire initialement par petites doses du fait qu’un apport trop important peut fatiguer l’estomac et aggraver la douleur.

8. Problèmes digestifs :

Bien que ce ne soit pas largement reconnu dans les ouvrages médicaux, un grand spectre de problèmes digestifs causent des maux de tête. Ils sont généralement plus faciles à appréhender par le prisme constitutionnel plutôt que par le modèle strictement physiopathologique. La constipation est une source de maux de tête, potentiellement par la réabsorption de produits toxiques. Lorsque vous travaillez avec des maux de têtes idiosyncratiques, envisagez toujours de traiter toute anomalie du système digestif.

9. Maux de tête d’épuisement :

Les maux de tête peuvent être causés par une fatigue physique extrême. La relaxation est importante et permettra généralement à diminuer le symptôme rapidement.

10. Cause ophtalmique :

Un certain nombre de situations peuvent être la cause de maux de tête dont le froncement, l’exposition excessif à la lumière et la conduite. La relaxation oculaire peut aider et la compréhension de la cause peut permettre de s’y préparer.

11. Douleur faciale :

Un panel de douleurs faciales peut causer des maux de tête. Sont inclus les tendons temporo-mandibulaires, les abcès dentaires et les infections auriculaires.

12. Traumatisme crânien :

Un choc au cerveau peut survenir d’un choc direct comme une chute ou un accident automobile. Les maux de tête après n’importe quel type d’accident devraient être suspects. Un diagnostic professionnel et une surveillance médicale sont importants afin de ne pas risquer de dommages cérébraux.

13. Fluctuations hormonales :

Vues principalement chez les femmes, les changements hormonaux peuvent provoquer des maux de tête, en particulier avant les règles et durant le premier trimestre de grossesse. Les pilules contraceptives peuvent aussi être en cause.

14. L’hypertension :

En général il n’est pas très commun pour une pression sanguine élevée de causer des maux de tête récurrents, bien que ce soit plus commun pour les pressions au-dessus de 200/110. Les recherches médicales n’ont pas trouvé de raison définitive expliquant pourquoi les gens avec une forte pression sanguine ont des maux de tête, bien qu’il apparaisse que l’anxiété puisse jouer un rôle. Les médicaments pour la tension peuvent induire des maux de tête.

15. Le manque de nourriture :

Beaucoup de personnes développent des maux de tête s’ils sont sans nourriture pendant un certain (parfois court) laps de temps. Ces gens sont sensibles aux petites fluctuations de faim et sont plus communes chez les femmes. Les maux de tête sont souvent peu sévères et surviennent avec d’autres symptômes comme l’esprit vagabond ou des pensées troubles. Manger aidera généralement dans les 15 minutes. Cette condition est parfois appelée hypoglycémie bien que ce ne puisse ne pas être techniquement le cas.

16. La méningite (infection des méninges) :

Peut causer des maux de tête sévères avec des raideurs dans la nuque et de la fièvre. Un diagnostic médical est nécessaire.

17. Migraines :

L’une des formes les plus communes et perturbante de maux de tête. Elles sont classées comme maux de tête vasculaires du fait des modifications de flux sanguin cérébral, bien que cette cause et son importance soit incertaine. Les symptômes incluent : nausées vomissements, peur de la lumière, vertiges, sensibilité du cuir chevelu, diarrhées, perturbation visuelle ainsi que d’autres perturbations neurologiques. Il y a plusieurs facteurs déclenchants pour les migraines dont : le vin rouge, la faim, les règles, le manques de sommeil, la lumière éblouissante, l’excès de stress et les odeurs fortes. Les migraines peuvent être précédées d’une aura – un changement de perception dans le champ visuel. Elles sont notoirement difficiles à traiter.

18. Le mal de tête par rebond:

Il est causé par une utilisation régulière et quotidienne d’aspirines, d’acétaminophènes ou d’autres médicaments antidouleur. Quand le recours à ces médicaments est discontinu, un rebond douloureux peut survenir. Il peut durer des jours ou des semaines. Prendre des médicaments pour les douleurs aigues plutôt que sur une base continue peut prévenir le problème de s’installer.

19. Sinusites :

L’irritation ou l’infection des membranes muqueuses nasales peut causer un mal de tête localisé souvent derrière les yeux et sera ressenti autour du front et des sinus. Le traitement consiste à se débarrasser des organismes en cause et à utiliser des décongestionnants.

20. Stress :

Ces maux de tête se développent à l’occasion d’évènements stressants comme le fait de faire un discourt en public ou de passer un entretien. Les techniques de relaxation comme la respiration profonde peuvent aider. Les herbes agissant sur les nerfs ou sédatives peuvent alléger la douleur.

21. L’utilisation de substance ou leur sevrage :

Plusieurs substances inclues peuvent être la cause de maux de tête. Certaines affectent un très grand nombre de personnes, alors que d’autres ont des réactions à des éléments qui ne posent généralement pas de problèmes. Réciproquement, le sevrage de certains produits peut aussi causer des maux de tête. Les coupables les plus communs des deux catégories sont :
• Alcool : cause d’une variété de mal de tête, en particulier la gueule de bois.
• Tabac : le sevrage tabagique après consommation courant est souvent cause de maux de tête.
• Marijuana : mal de tête du lendemain
• Glace : peut causer des maux de tête chez les sujets sensibles.
• Caféine : l’usage et le sevrage peuvent causer des maux de tête.
• Vin rouge : cause des maux de tête, des migraines et des bouffées de chaleur chez certain.

22. Maladie systémique :

N’importe quelle maladie peut causer des maux de tête. Les plus communes sont : la mononucléose, un lupus, le Syndrome d’Hashimoto, le colon irrité et les nombreuses complications du SIDA.

23. Arthrite des temporaux :

Les vaisseaux sanguins alimentant la tête et la nuque peuvent s’enflammer chez les plus âgés et causer des maux de tête. Si c’est la première fois que ce type de mal de tête se produit chez une personne de plus de 50 ans, l’arthrose des temporaux devrait être considérée et diagnostiquée médicalement.

24. Maux de tête de tension :

C’est la forme de mal de tête la plus commune dont une majorité de personne peut souffrir de façon occasionnelle. Le terme de tension se réfère à la sensation de douleur ressentie, de fait que cette forme de mal de tête se ressent typiquement comme une compression (tension). C’est souvent décrit comme un « forage ». Bien qu’ils soient appelés maux de tête de tension, ils ne sont pas nécessairement provoqués par un excès de stress, bien que ce puisse être un facteur aggravant. Les maux de tête de tension sont associés à la fatigue, la caféine, l’alcool, certains aliments ou manque d’aliments parmi les facteurs déclenchants. La plupart de maux de tête de cette liste tombent dans la catégorie des maux de tête de tension. Les mécanismes précis de ces maux de tête ne sont pas clairement définis.

25. Maux de tête vasculaires :

Le deuxième plus important groupe de mal de tête. Ils sont associés aux changements dans les vaisseaux sanguins alimentant la tête. Migraine et névralgie sont catégorisées comme étant de types vasculaires. Comme les maux de tête de tension, les mécanismes des maux de tête vasculaires sont encore largement incompris.

Liste générale des facteurs déclenchant :

Liste réduite des cause les plus communes de maux de tête épisodiques.

1. Alcool
2. Allergies
3. Pilules contraceptives
4. Sevrage de caféine
5. Déshydratation
6. Alimentation
7. Dépression
8. Drogues
9. Fatigue oculaire (voiture, ordinateurs, etc.)
10. Fluctuations hormonales
11. Faim
12. Blessures et inflammations
13. Tension musculaire
14. Infection des sinus
15. Sommeil – manque de
16. Odeurs
17. Stress physiologique, physique, mental, émotionnel
18. Mâchoires tendues

Guide d’utilisation

Dosage à la goutte:

En administrant des herbes pour n’importe quelle forme de douleur aigue, démarrez avec un dosage de 1 goutte (ou moins). Avec ce dosage faible, vous pouvez observer et demander à la personne souffrante si le soin aide, ne fait aucune différence ou si la douleur s’aggrave.
Avec des remèdes plus forts (ex. Atropa) utilisez un dosage ‘de vérification’ en mettant une goutte dans un verre d’eau et ne donnez qu’une goutte de cette mixture diluée.

Posez des questions :

Assurez-vous de demander aux personnes souffrant de maux de tête sévère quelques questions vitales avant de donner quoi que ce soit. Soyez en même temps empathiques au fait que répondre à des questions n’est peut-être pas la chose à laquelle ces personnes ont envie de se soumettre dans ce moment douloureux. Dans d’une voix ne pouvant aggraver le mal de tête, demandez quelques questions précises pour déterminer la procédure de remède.

Les questions à poser avant traitement

-Est-ce la première fois que vous souffrez de cette façon (c’est un signe distinctif si c’est leur premier gros mal de tête) ?
-Quel est la fréquence de vos maux de tête ?
-Celui-ci vous parait-il identique en intensité ?
-Est-il au même endroit ?
-Celui-ci a-t-il des signes distinctifs ?
-Qu’est ce qui a marché dans le passé ? Médicaments, relaxation, massages, exercices ou autre techniques de soulagement ?
-Qu’est-ce qui a fait que la douleur s’aggrave ?

Lorsque vous demandez quelles sont les substances que quelqu’un a déjà utilisé pour soulager la douleur, assurez-vous de laisser une grande liberté de réponse pour inclure tous les remèdes possibles. Ils peuvent s’auto médicamenter en utilisant une grande variété de substances qu’ils ne considèrent comme pas important, donc demandez précisément s’ils utilisent des produits comme de la bière au gingembre, du café, du cannabis ou quoi que ce soit d’autre pour soulager la douleur.

Traitement des maux de tête chroniques.

Avec les maux de tête chroniques et récurrents, il devient encore plus important de rechercher la racine de(s) la cause(s) pouvant contribuer au mal. Les stratégies et d’aider à la fois pour la douleur aigue actuelle ainsi que la pathologie sous-jacente pour soulager des épisodes futurs. Non pas que ce soit aisé ; cela peut prendre un certain temps d’enquêter sur les tendances et d’essayer un large spectre de remèdes phytothérapeutique tout en essayant d’éliminer les facteurs déclenchants et reconstruire une force intérieure.

Déterminer les formes de maux de tête

Il existe un certain nombre de façons de discerner la cause et la nature d’un mal de tête. Ils incluent les techniques de questionnement et d’observation suivants :

1. Situation : demander à la personne de pointer du doigt ou de soutenir leur tête à l’endroit où ils ressentent la douleur. Faites cela systématiquement car savoir ou se situe la douleur peut donner de précieux indices sur le type de constitution ou l’origine.

2. Horaire : quand est-ce que la douleur s’atténue ou s’aggrave ? A quelles heures de la journée, du mois, de l’année de la saison, du temps ou d’un événement particulier ?

3. Intensité : Est-ce que cela varie de façon significative ?

4. Facteurs alimentaires : un grand nombre de maux de tête sont causés par des boissons ou divers aliments. Tentez d’épingler le type de nourriture particulier qui pourrait être associé à la douleur. Faites tenir un journal diététique pour la recherche de points communs.

5. Déficiences alimentaires : recherchez s’il y a des éléments dans leur régime qui peuvent être déficients. Le manque de protéines est une cause fréquente de mal de tête lié à l’alimentation.

6. Facteurs déclenchants : c’est un aspect important car être en mesure d’éliminer un facteur peut être l’un des aspects le plus utile du traitement. Les retracer peut être frustrant autant pour le patient que pour le praticien car beaucoup de causes sont loin d’être évidentes.

7. Réactions allergiques : de nombreuses allergies peuvent causer des maux de tête, principalement sourdes, pulsantes et de faible intensité. Demandez s’ils ont des allergies visibles aux substances inhalées telles que pollens, moisissures, acariens, etc. Ont-ils des rashs allergiques ou de fortes réactions à des médicaments ou certain aliments ?

8. Prise de pouls : il y a un grand nombre de méthodes pour prendre le pouls comme outils d’évaluation. Que ce soit les techniques des praticiens herbalistes éclectiques de l’ouest, de la médecine traditionnelle chinoise ou l’Ayurveda. Prendre le pouls peut permettre de déterminer un large éventail de situations.

9. Lecture de la langue : tout comme la prise de pouls, il y a différentes méthodes pour lire la langue. Cela peut apporter des indications complémentaires sur la pathologie sous-jacente.

10. Autres symptômes : parfois un mal de tête masque toutes les autres douleurs survenant simultanément. Les douleurs associées peuvent apporter d’autres indices, comme un mal de tête avec une douleur à l’estomac tout en ne mentionnant que le mal de tête.

Approche constitutionnelle

L’évaluation de la constitution et une approche individualisée est une approche efficace pour les maux de têtes épisodiques et chroniques. Dans ce contexte, il n’y a pas de limite à la catégorie d’herbes ou tout autre traitement pouvant être efficace.

L’origine du mal de tête peut être la conséquence d’une certaine quantité de racines unique ou multifactorielles, d’où le besoin pour l’herbaliste de penser au-delà des remèdes pour mal de tête afin de traiter la source du malaise. On trouvera ci-dessous quelque méthode d’évaluation pour faire ressortir certaines causes sous-jacentes pouvant mener à la douleur. Comme toutes les techniques constitutionnelles, rechercher pour faire des liens avec d’autres problèmes de santé que vis la personne. Vu que les maux de tête sont parmi les douleurs les plus fréquemment mentionnées, il y a de bonnes chances pour que des symptômes correspondants existent.

Polarités constitutionnelles

Les termes appariés ci-dessous forment une base pour une approche thérapeutique constitutionnelle. Cette approche consiste à déterminer avec quel côté de la polarité le client et ses symptômes sont le plus alignés. Pour utiliser les polarités de température par exemple, on pourrait essayer de déterminer si une personne et/ ou ses symptômes tendent plus vers le chaud ou le froid.

Considérant que c’est un modèle énergétique, cela est plus une conceptualisation qu’un modèle mesurable scientifiquement. Pour mettre les maux de tête dans un contexte de température, de façon caractéristique, un mal de tête chaud aura tendance à être aigu, avec la sensation brulante de chaleur et souvent une douleur aigue pulsante. Si le mal de tête est de nature plus froide, la douleur peut être ressentie de façon atténuée, sourde, plus profonde et chronique. La personne avec le mal de tête peut aussi être vue comme ayant une nature chaude ou froide d’après leur apparence physique et leur tempérament. Ceci dit, ce ne sont que des généralisations et les gens sont rarement aux extrêmes d’un pôle donné, mais souvent dans les nuances intermédiaires. Par le questionnement et une observation délicate, il est possible de dégager de quel côté de l’équation constitutionnelles ils penchent.

L’intérêt de cette approche réside dans le fait qu’après avoir déterminé où se situe le problème sous-jacent d’une personne, l’orientation du traitement peut alors se concentrer sur les ramener vers le centre en utilisant des herbes et des thérapies se rapprochant des opposés. Un exemple serait de donner du piment en petites doses si un malaise avait tendance a aller du côté froid du tableau.

1. Actif / Léthargique
2. Aigu / Chronique
3. Anabolique / Catabolique
4. Excès / déficience
5. Exogène / Endogène
6. Chaud / Froid
7. Hypertonique / Hypotonique
8. Sthénique / Asthénique
9. Soudain / de longue date
10. Superficiel / Profond
11. Humide / Chaud
12. Aéré / Stagnant

Structure constitutionnelle Ayurvédique des maux de tête.

En ayurvéda, les gens sont partagés entre trois types principaux appelés doshas : Vata, Pitta et Kapha, et chacun a une tendance vers un certain type de mal de tête. Le remède tentera de corriger les déséquilibres qui sont généralement inhérents à ces doshas. Certains remèdes particuliers peuvent être applicables aux trois doshas comme les salicylates et autres anti-inflammatoires. Il est au-delà de cet article d’explorer les principes de l’Ayurvéda, mais les exemples ci-dessous sont pour ceux qui y sont familiers.

Vata :

Symptômes:

1. Douleurs associés à la digestion
2. Détresse émotionnelle
3. Nervosité
4. Douleur faisant des va et viens
5. Sensation de surcharge.
6. Attaque soudaine
7. Impulsivité (superficialité)
8. Gestes amples

Facteurs déclenchants Vata

1. Il y a plusieurs facteurs possibles du fait de la grande sensibilité des Vata.
2. Les déficiences de constitution mènent à un état globalement affaiblis qui augmente la probabilité de mal de tête.
3. Leur système nerveux est particulièrement vulnérable-anxiété, stress et changements abrupts sont des facteurs potentiels.
4. Digestion- les types Vata ont tendance à avoir une digestion vulnérable et tout désordre digestif peut mener à un mal de tête.
5. Manque de sommeil – les Vata ont souvent un sommeil agité et ont tendance à se réveiller souvent. Ce manque de sommeil peut mener à un état de sur excitation épuisant.
6. La caféine et d’autres stimulants poussent le système nerveux
7. Les facteurs environnementaux – Les Vata (d’autant plus ceux qui ne sont pas à l’équilibre) sont souvent relancés par des stimuli tels que la lumière, la chaleur, le bruit, les odeurs, les gouts et toute surcharge générales des sens.

Thérapies pour les Vata :

1. S’allonger dans l’obscurité, au calme, loin des odeurs.
2. Les herbes qui diminuent les sens.
3. Utiliser la phytothérapie en petite quantité pour ne pas submerger les sens.
4. Prendre garde à l’alcool dans les teintures
5. Tonification-utiliser des herbes re-structurantes et anaboliques
6. L’alimentation joue un rôle clé dans la stabilité du Vata

Catégories de remèdes :

1. Adaptogènes
2. Anxiolytiques
3. Emollients
4. Hypnotiques
5. Modifiants de l’humeur
6. Sédatives
7. Action sur les nerfs

Les herbes :

Etre prudent avec la quantité et le type d’herbes car les Vata sont facilement sur-stimulés.

1. Acorus
2. Anemone
3. Avena
4. Centella
5. Dioscorea
6. Eleutherococcus
7. Filipendula
8. Ginkgo
9. Glycyrrhiza
10. Hypericum
11. Lavandula
12. Matricaria
13. Melissa
14. Mentha
15. Ocimum
16. Parthenium
17. Passiflora
18. Rosmarinus
19. Salix
20. Scutellaria

Pitta

Symptômes

1. Chaleur
2. Inflammation
3. Rougeur du visage
4. Douleur étriquée aiguisée
5. zones spécifiques de la tête

Facteurs déclenchants Pitta :

1. La colère exacerbe Pitta menant à un mal de tête de ‘stress’
2. Les maux de tête ont souvent une caractéristique inflammatoire.
3. Une tendance à retenir ses pensées et sentiments en tentant de conserver le contrôle de la situation
4. Manque de sommeil- les types Pitta pourront avoir du mal à s’endormir car ils ressassent les évènements dans leur esprit. Il y a aussi une tendance à se réveiller vers 4H du matin (l’heure du foie) et ne pas être capable de se rendormir.
5. Tension musculaire- Les Pitta crispent fréquemment les muscles, en particulier aux épaules, nuque et mâchoires.
6. Epices et nourriture épicée.
7. Hypertension et pression sanguine élevée.

Thérapies pour Pitta:

1. Anti inflammatoires
2. Aromathérapie
3. Amers
4. Coaching
5. Toniques du foie
6. Herbes à tropisme nerveux
7. Sédatifs
8. Divertissement amusant
9. Sédatifs
10. Relaxants musculaires
11. Soulagement des tensions

Plantes :

1. Actaea (Cimicifuga)
2. Cannabis
3. Chionanthus
4. Curcuma
5. Epipactis
6. Humulus
7. Lactuca
8. Piper
9. Passiflora
10. Salicylate herbs
11. Scutellaria
12. Stachys
13. Valeriana
14. Verbena

Kapha :

Symptômes :

1. Chronique
2. Ecœurement
3. Froid
4. Humide
5. Profond
6. Sourd
7. De longue durée
8. Stagnation
9. Epais
10. Prend toute la tête.

Les facteurs déclenchants du Kapha

1. Les Kapha tendront vers la léthargie et l’atonie. Les maux de tête peuvent être ravivés quand cette propension est en déséquilibre, donc la plupart des protocoles seront des stimulants pour mouvoir la stagnation.
2. Une météo chaude et humide- la chaleur peut s’accumuler dans la structure Kapha.
3. Manque d’exercice.
4. Nourriture lourde – particulièrement grasse et huileuse
5. Trop de produits laitiers
6. Nourriture et boissons froides
7. Constipation
8. Dépression

Thérapies :

1. Aromathérapie – stimulant
2. Astringents
3. Amers
4. Soulagement de la dépression
5. Remèdes dispersants
6. Diurétiques
7. Exercice
8. Laxatifs
9. Salicylates
10. Stimulation du corps en général
11. Stimulation de la digestion en particulier.
12. Remèdes réchauffant et stimulants.

Herbes:

1. Achillea
2. Betula
3. Camellia
4. Capsicum
5. Centella
6. Coffea
7. Curcuma
8. Filipendula
9. Ginkgo
10. Ilex
11. Myrica
12. Salix
13. Thea
14. Zanthoxylum
15. Zingiber

Catégorie thérapeutique:

1. Adaptogènes
2. Sevrages des allergènes
3. Analgésiques
4. Anti gueule de bois
5. Anti histaminiques
6. Anti inflammatoires
7. Anxiolytiques
8. Aromathérapie
9. Astringents
10. Amers
11. Substitution de la caféine
12. Cérébraux-constricteurs
13. Cérébraux-dilatateurs
14. Remèdes constitutionnels
15. Emollients
16. Diurétiques
17. Elimination alimentaire
18. Equilibre hormonal
19. Hypnotiques
20. Toniques du foie
21. Laxatifs
22. Tropisme nerveux
23. Salicylates
24. Relaxants musculo squelettiques
25. Vulnéraires

Catégories des remèdes :

Anti-allergènes :

Ces herbes sont utiles pour les maux de tête associés aux réactions allergiques tels que les allergies saisonnières avec congestion des sinus, les yeux injectés et des rashes urticants. Certaines ont une action antihistaminique
1. Ambroisie
2. Chrysantemum
3. Euphrasie
4. Parthenium

Anti inflammatoires:

L’une des catégories d’herbe la plus utile du fait que l’inflammation est un élément commun dans les maux de tête. Elles sont ensuite subdivisées en catégories spécifiques.

Anti-inflammatoires contenant des salicylates :

Ces herbes contiennent des quantités et des compositions variables de salicylates. D’autres plantes en contiennent aussi mais celles-ci-dessous sont communes et en contiennent suffisamment pour des doses thérapeutiques.

1) Betula
2) Filipendula
3) Gaultheria
4) Populus
5) Salix
6) Spiraea

Anti-inflammatoires ne contenant pas de salicylates :

Certaines sont mucilagineuses et d’autres ont un effet corticoïdes-like. Elles sont généralement apaisantes du système digestif.

1) Althaea
2) Anaphalis
3) Curcuma
4) Dioscorea
5) Glycyrrhiza
6) Matricaria
7) Zingiber

Cérébraux-dilatateurs :

Sont utiles en cas de de maux de tête dus à une cérébro-constriction. Certaines de ces herbes ont de puissantes propriétés dilatatrices et devraient être utilisées avec précaution, d’autant plus pour les personnes présentant des désordres vasculaires. Démarrer avec un dosage à la goutte.

1) Centella
2) Clematis
3) Ginkgo
4) Rosmarinus
5) Vinca

Les toniques du foie :

Certain types de maux de tête sont dus à une insuffisance de la fonction hépatique. De nombreuses herbes stimulent l’activité du foie en augmentant son efficacité.

1) Achillea
2) Chionanthus
3) Curcuma
4) Silybum
5) Verbena

Herbes à tropisme nerveux et sédatives :

ces deux termes de catégorie sont dans la continuité l’un de l’autre. Généralement, les herbes à tropisme nerveux ont une action nourrissant sur le système nerveux alors que les sédatives donnent une action immédiate plus rapide. Les termes sont flexibles et l’action de chacune est largement influencée par la sensibilité, le dosage et la forme de celui qui va recevoir.

1) Cannabis
2) Epipactis
3) Eschscholtzia
4) Ethanol
5) Humulus
6) Lactuca
7) Lavandula
8) Lobelia
9) Matricaria
10) Passiflora
11) Piper
12) Scutellaria
13) Valerian

Relaxantes des muscles squelettiques :

Les maux de tête peuvent être causés par des muscles tendus, particulièrement ceux de la nuque, des mâchoires et des épaules. Ces herbes sont plus efficaces en conjonction avec des exercices relaxants musculaires

1) Actaea
2) Pedicularis
3) Piper

Traitements non herbaliste pour les maux de tête

1. Hydratation
2. Massages
3. Compléments nutritionnels
4. Accu pression
5. Diminution des stimuli sensoriels
6. Sommeil et repos
7. Manipulation structurelle

Le Kit de premier secours pour les maux de tête :

 

first-aid-patches-first-aid-equipment-ithaca-ny-jan-11-2017-1-of-1-768x512

Cette section est une synthèse des herbes que je mettrai dans un kit de premiers secours spécifiquement pour les maux de tête. Ce n’est pas une liste exhaustive mais elle inclue les remèdes que j’ai trouvé les plus efficaces sur le terrain. Il est important avant de donner n’importe lequel des remèdes ci-dessous (et même n’importe lequel) de tester avec un dosage d’une goutte afin de s’assurer que le soin n’augmente pas la douleur. Avec un mal de tête aigu, il est possible de constater un subtil changement de la douleur avec un dosage d’une goutte permettant de dire si la douleur augmente ou diminue en intensité. Les dosages communiqués sont très généralisés et la réaction des personnes varie de façon extraordinaire. Merci donc de n’utiliser ces données qu’en termes d’indications de base. Commencer avec des doses faibles afin de ne risquer le moins possible de nuire. Les doses pour les teintures sont en gouttes et millilitres (ml). Une pipette d’un flacon standard de 30 ml (1 ounce) de teinture contient 1 millilitre (1ml) lorsqu’elle est pleine. La raison pour distinguer une pipette et un millilitre est due aux variations de quantités dues à la pression moyenne que les gens appliquent sur les flacons de teinture.

1- Teinture d’Actéa (Cimicifuga)

L’actéa (Black cohosh) est mon relaxant musculaire préféré.
Elle est particulièrement utile si les maux de tête vont avec des épaules rentrées ou que le mal de tête surviens après un récent accident et qu’il y a beaucoup de tensions musculaires.
Actéa est parfois utile pour un mal de tête frontal. En ce cas il faut être vigilant car elle peut causer le même type de peine. Testez avec une goutte pour vérifier que cela n’aggrave pas le mal de tête frontal. Dosez faiblement ; commencez (après avoir vérifié avec une goutte) 5 gouttes et augmentez jusqu’à 15 gouttes. Habituellement, si cette quantité n’améliore pas les choses il sera inutile d’en utiliser plus. Prendre 5 à 15 gouttes aussi souvent que nécessaire.

2- Teinture de Clématite :

La clématite est un remède spécifique et intriguant pour les maux de tête de constriction cérébrale. Tout cela pour dire que c’est un dilatateur cérébral où fonctionne de cette façon dans son action. J’utilise une variété d’espèce de clématites sauvages pour préparer la teinture en utilisant les parties aériennes fraîches.
Les personnes avec ce type de maux de tête ont le visage tout froncé ou tente de rendre leur tête plus petite pour éviter la douleur. La clématite est une herbe toxique et doit être utilisée avec précautions. Et nous en revenons aux précautions : utilisez tout d’abord la dose d’une seule goutte.
Donner trop de clématite pour le mauvais type de mal de tête risque de vous garantir la malédiction à vie de la personne à qui vous venez de décupler la douleur.
Dosage : généralement, une goutte validera rapidement si cela aide ou non. Si oui, utiliser 5-10 gouttes au besoin. L’aide de la clématite est une bénédiction, du fait que ce soit l’une des rares plantes qui fonctionne pour ces maux de tête. (Mon coup de chapeau à Michael Moore pour celle-ci).

3- Teinture d’Euphraise :

La teinture de casse lunette est pour les maux de tête associés aux allergies. Allez à la recherche des réactions allergiques comme le nez qui coule, les yeux bouffis qui démangent et autre symptômes. Apprenez a faire la différence entre les allergies et les infections virales (le rhume commun) qui chacun font renifler. C’est une herbe sure qui aggrave rarement la douleur ou qui causerait des effets indésirables.
Dosage entre ½ et 2 ml au besoin.

4- Teinture et ou infusion de Filipendula :

La reine des prés est un anti-inflammatoire passe partout très utile. Particulièrement indiqué pour les maux de tête provenant d’infections ou de désordres intestinaux, mais peut aussi être utilisé pour tout type de mal de tête. L’infusion est plus indiquée pour les maux de tête originaires de maladies digestives.
Dosage : ½ à 2ml au besoin/

5- Teinture ou infusion de Matriarca :

La camomille est sure, avec un gout de teinture ou d’infusion plutôt agréable. Ses vertus résident dans ces deux qualités, ainsi que dans ses propriétés apaisantes du stress et des intestins. Son indication classique est la trouille au ventre et la nervosité. Si c’est la cause de votre mal de tête, essayez la matricaire.
Dose : infusion – essayez de trouver des plantes de grande qualité et faire infuser une bonne demi-poignée dans un pot fermé pour conserver les huiles essentielles relaxantes dans l’eau.
Teinture : – de 10 gouttes à 3ml autant que nécessaire.

6- Teinture de Salix :

Pendant longtemps, j’avais l’impression que le saule avait usurpé sa réputation historique. C’est derrière moi maintenant. Le saule a une place qui lui est propre dans le panthéon des réducteurs de maux de tête tout autant que ses célèbres constituants les salicylates. Ceci dit, ce n’est pas de l’aspirine et ses préconisations ne sont pas aussi généralisées que sa descendance bâtarde synthétique. Je la trouve utile quand le mal de tête n’est pas très intense et qu’il est difficile d’indiquer précisément la source. C’est aussi bon pour les gens qui ont rarement des maux de tête (les veinards).
Dose : il peut être nécessaire d’utiliser de relativement fortes doses de teinture de saule pour invoquer ses effets, soit approximativement ½ à 3ml au besoin. J’ai en dernier ressort eu à faire mâcher à des gens des feuilles et de l’écorce, ce qui de manière surprenante, à occasionnellement fonctionné

7- Teinture de Scutellaria:

La scutellaire se faufile dans tout un tas de préconisation, probablement grâce à ses propriétés apaisantes du système nerveux. Il en va de même en tant que remède pour les maux de tête, à utiliser quand la nervosité et le stress (comme de parler en public) joue un rôle dans la cause du mal de tête. C’est aussi un relaxant musculaire qui sais rendre service. Comme de nombreux remèdes à base de plantes, la scutellaire fonctionne comme un charme pour certains alors qu’elle peut n’avoir aucun effet sur d’autres.
Dose : suivant le contexte : pour ceux sur qui elle agit, de faibles quantités peuvent suffire alors que d’autres auront besoin de 2 à 5 ml. Si la plante fraiche est disponible, essayez de la mâcher ou faites une infusion.

8- Teinture de Tanacetum:

La partenelle est peut être l’une des plante les plus célèbre pour les maux de tête en raison de la série d’études scientifique et clinique réalisées ces dix dernières années. Elles étaient vouées principalement à trouver un soin contre les migraines du fait de sa réputation. Bien que les études aient fournies des résultats divers (sans surprises), la teinture est un ajout de valeur contre les migraines. La clé pour soulager les migraines est d’utiliser la plante en prévention aussi tôt que les premières sensations viennent à poindre : le plus tôt, le mieux. Bien que ça puisse ne fonctionner qu’avec un faible pourcentage de personnes, cela lui garantis toutefois sa place dans un kit de premiers secours. Malheureusement, je n’ai pas eu énormément de succès à l’usage de cette plante une fois que la migraine soit totalement installée. Des hypnotiques et un environnement confortable seront alors votre meilleur choix.
Dose : ½-1 ml tant que nécessaire. Certaines études montrent que de mâchonner une feuille fraiche par jour préviendrait des attaques.

9- Teinture de Valeriana:

La valériane est un hypnotique sédatif imprévisible précieux. Ma forme préférée est la teinture de racines fraiches. Ce n’est pas tant contre les maux de tête, mais plus pour permettre de le mettre en veille ou sur orbite. Attention, c’est avec la valériane que j’ai peut être constaté le plus d’effets indésirables qu’avec aucune autre plante d’usage commun (mis à part le café). Ses effets secondaires sont à l’opposé de l’intention d’usage causant l’agitation et l’excitation. Pas si bien si vous la donnez pour un relâchement. Encore une fois c’est une plante majeure pour laquelle il est important d’essayer d’abord avec la dose d’une goutte pour ensuite administre 5 gouttes à 3 ml. De fortes doses de valériane peuvent causer une forme d’hébétude comme une gueule de bois après un usage de drogues, et la dose qui pourrait aider quelqu’un à surpasser la douleur pour s’endormir pourrait être cette dose. Prévenez-les s’ils prennent de fortes doses ou si les individus sont sensibles.

10- Aspirine et médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (MAINS) :

Bien qu’il puisse paraître harbalistiquement incorrect de les lister ici, ne serait-ce que par leur avantage d’utilité je les inclus tout de même. Les MAINS comprennent l’acétaminophène et l’ibuprofène. Bien qu’ils aient des effets secondaires et ne soient pas cueillis dans la nature ou cultivés en bio, ils peuvent fréquemment être d’une grande aide. Je préfère l’aspirine aux MAINS en raison de son usage historique et de son passé relativement sur, bien que cela puisse peser sur l’estomac de certaines personnes à la place d’une alternative.
Habituellement, lorsque je travaille dans une station de premier secours, quelqu’un qui est clairement en souffrance viens me voir et me demande une aspirine ou un MAINS. Je lui offre généralement le choix entre des plantes ou ces médicaments. Bien évidement après avoir écarté le type de mal de tête genre déshydratation ou qu’une aspirine ne peut résoudre. Je leur procure celui qu’ils désirent à ce moment-là. S’ils sont incertains, j’essaierais l’un des divers remèdes listés dans ce document après avoir déterminé lequel serait le plus approprié.

Materia Medica

1) Achillea millefolium- Yarrow – Achilée millefeuille
2) Aconitum columbianum- Aconite – Aconite
3) Acorus calamus- Calamus – Calament
4) Actaea (Cimicifuga) racemosa- Black cohosh – Actée à grappes
5) Althaea officinalis- Marshmallow – Guimauve
6) Ambrosia artemisiifolia- Ragweed – Ambroisie à feuille d’armoise
7) Anemone spp.- Anemone
8) Atropa belladonna- Belladonna -Belladonne
9) Avena sativa- Wild oats – Avoine
10) Betula lenta- Black birch – Bouleau
11) Centella asiatica- Gotu kola- Hydrocotile
12) Coffea arabica- Coffee- Café
13) Camellia sinensis- Tea – Thé
14) Cannabis spp.- Marijuana
15) Chionanthus virginicum- Fringe tree – Arbre à neige
16) Chrysanthemum spp- Chrysanthemum – Chrysanthème
17) Clematis spp.- Clematis
18) Curcuma spp.- Turmeric
19) Dioscorea villosa- Wild yam – Igniam
20) Epipactis helleborine- Epipactis –
21) Eleutherococcus senticosus- Siberian
ginseng
22) Eschscholtzia spp.- California poppy – Pavot de californie
23) Euphrasia spp.- Eyebright – Euphrasie
24) Filipendula ulmaria- Meadowsweet – reine des prés
25) Gaultheria procumbens- Wintergreen – Gaulthérie
26) Gelsemium sempervirens- Gelsemium – Jasmin
27) Ginkgo biloba- Ginkgo
28) Glycyrrhiza spp.- Licorice – Réglisse
29) Humulus lupulus- Hops – Houblon
30) Hypericum perforatum- St. Johnswort – Millepertuis
31) Ilex paraguariensis- Yerba mate – Maté
32) Lactuca spp. Wild lettuce – Laitue sauvage
33) Lavandula spp. Lavender – Lavande
34) Leonurus cardiaca- Motherwort – Agripaume
35) Lobelia inflata- Lobelia – Lobelie
36) Matricaria recutita- Chamomile – Matricaire
37) Melissa officinalis- Lemon balm – Mélisse
38) Mentha x piperita – Peppermint – Menthe poivrée
39) Myrica spp.-Bayberry – Myhrre
40) Passiflora incarnata- Passionflower – Passiflore
41) Pedicularis groenlandica-Elephanthead – Pédiculaire du groenland
42) Pedicularis spp.- Lousewort
43) Piper methysticum- Kava kava
44) Populus spp.- Poplar – Peuplier
45) Rosmarinus spp.- Rosemary – Romarin
46) Salix spp.- Willow – Saule
47) Scutellaria lateriflora- Skullcap – Scutellaire
48) Silybum marianum- Milk thistle – Chardon-marie
49) Spiraea spp- Spiraea – Spirée
50) Stellaria media- Chickweed – Stellaire
51) Stachys spp.- Wood betony – Stachys
52) Tanacetum parthenium- Feverfew – Partenelle
53) Valeriana officinalis- Valerian – Valerianne
54) Verbena hastata- Blue vervain – Verveine hastée
55) Verbena officinalis- Great verbena- Verveine officinale
56) Vinca spp.- Periwinkle – Roseau

first-aid-bag-for-design-ithaca-ny-nov-18-2016-1-of-9-768x512

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s