Détox, Cures et soins herbalistes : L’approche pratique et philosophique d’un herbaliste

Par 7Song le 15 décembre 2006

7song-at-myrthwood-7song-at-myrthwood-garden

Je dois admettre que lorsque Greenstar m’a approché pour écrire cet article, je ne pensais pas être la bonne personne pour le rôle.

La détoxification et les cures sont des questions courantes qui me sont souvent posées du point de vue de mon activité d’herbaliste.

Mais la raison pour laquelle j’étais hésitant est, que de mon point de vue, la cure est souvent en décalage avec certaines attitudes primordiales et va à l’encontre des modes actuelles de tous ces livres sur la détoxification et le jeûne.

Je n’ai pas le sentiment que les êtres humains cultivent en eux des infestations de ‘parasites’ pouvant être la cause de tous nos problèmes de santé, et je n’ai pas le sentiment que toutes les questions de santé peuvent être réglées par du jeûne et des cures.

Je sais que le drainage est un aspect important de la santé, mais j’ai aussi l’impression que la notion de détoxification est sur-utilisée et sur-évaluée.

Permettez-moi de vous exposer ce que je considère être les bonnes questions à envisager avant de vous lancer dans une cure pour ensuite discuter de quelques aspects pratiques et utiles.

Les gens veulent généralement se sentir en meilleur santé, et il existe un grand nombre de façons valables d’atteindre ce but : une bonne hygiène de vie, une nourriture d’excellente qualité correspondant à nos besoins individuels, et un usage éclairé d’herbes et d’autres médicaments.

Mais souvent les gens veulent se ‘’ nettoyer’’ sans prendre en compte ces autres aspects importants en compte. Les médecines alternatives populaires refourguent souvent l’image de la cure encore plus profondément dans notre psyché (et mon côté plus cynique, y voit les opportunités de beaucoup de sociétés marchandes, dont il suffit de consulter le catalogue de produits détox).

L’une des premières questions est :

  • Qu’est –ce que la détoxification ? Bien que la réponse puisse paraitre évidente, d’autres questions viennent à l’esprit, telles que :
  • Qu’est-ce que vous essayez de purifier, et pourquoi ?

La plupart de gens veulent se purifier et il y a un grand nombre de bonnes raisons pour cela:

Il y a les raisons spirituelles qui sont un aspect très différent qui ne seront pas traitées ici.

Et puis, il y a les raisons physiques. Les plus communes sont :

  • Notre environnement et notre nourriture contiens un grand nombre d’éléments dont nous voulons débarrasser notre corps, après une maladie, il y a souvent se besoin de détoxification.
  • Certaines personnes ont des parts d’eux même qui leur paraissent toxiques.
  • Et bien sûr il existe un grand nombre de pathogènes (comme la Shigellose, la Giardose et un grand nombre de bactéries) qui élisent domicile dans le corps humain.

Bien que toutes ces dernières soient d’excellentes raisons de se purifier, parfois, d’autres formes de traitement pourraient bien mieux fonctionner.

Si vous ressentez que vous avez besoin d’opérer des changements, une bonne question à se poser est : Ai-je besoin de purifier ou ai-je besoin de construire ?

Cela peut être une des questions de base importante pour laquelle une bonne connaissance de votre type de constitution physique sera d’un grand secours.

Le modèle Ayurvédique avec sa triade de tempéraments physiques (appelés doshas) peut aider à s’en sortir.
Les détails sont trop complexes pour approfondir ici, mais il existe beaucoup de bonnes sources d’information pour vous aider à déterminer quel est le genre de votre corps.

Anabolique et catabolique sont deux termes en corrélation avec les types physique qui sont importants et utiles: ces deux mots sont associés au métabolisme (la façon dont nous fragmentons et assimilons la nourriture).

-Les types cataboliques perdent facilement du poids et ont besoin de manger constamment pour garder un poids constant.
-Les types anaboliques prennent facilement du poids et généralement sur l’ensemble du corps.

Retour à l’Ayurvéda : les trois types de physiques (doshas) sont Vata, Pitta et Kapha.

Afin de mettre des mots simples sur ces idées:

  • les types Vata sont cataboliques et se portent mieux avec des régimes nourrissants (anaboliques) plutôt que des jeûnes (cataboliques).
  • Les types Pitta peuvent généralement associer les deux.
  • Les types Kapha sont anaboliques par nature et donc, pour eux, la détoxification et le jeûne sont souvent des outils pertinents pour permettre à leurs fonctions corporelles de s’exprimer correctement.

La raison pour laquelle je prends tant de temps à exposer ces idées, est que, dans la pratique, je vois souvent les personnes les plus minces,pour qui il est plus facile de ne pas manger passer alors en mode ‘shoot du jeûne’, qui peut être agréable, bien que de manger une alimentation saine et nourrissante leur serait bien plus profitable.

Les gens plus enveloppés (ceux aux os épais, qui, lorsqu’ils gagnent du poids le prennent sur tout le corps), ont souvent du mal à se priver de nourriture, mais il pourrait être bénéfique de drainer ponctuellement et au moins éviter les aliments les plus lourds comme certains produits laitiers et amidonnés.

Donc la grande question à laquelle il faut répondre est : Se détoxifier est -il oui ou non ce dont vous avez réellement besoin, ou un autre protocole vous serait ‘il plus profitable ?

Okay, passons maintenant aux herbes. L’une des bonnes approches dans l’usage des herbes pour la détoxification et de prendre en compte deux aspects très importants.

  • Le premier est : quel partie de vous as besoin de drainage.
  • La seconde correspond à la catégorie d’herbes qui pourrait vous être utile (par exemple : émolliente ou laxative).

Donc, lorsque vous envisagez une cure, c’est peut être que vous sentez que votre système digestif a été mis au défi par un récent voyage à l’étranger, ou que votre système respiratoire a été trop sollicité dans un environnement pollué.

Ce sont ces problèmes-ci qui doivent être traités.

Ça rend les choses plus faciles pour choisir les herbes à utiliser dans la cure.

C’est là qu’est le Hic : quand des livres ou d’autres ressources parlent de détoxification, ils s’abritent souvent sous un seul parapluie physiologique.

Les mélanges détoxifiants populaires ont donc un grand nombre d’herbes différents pour purger le plus possibles de parties du corps.

Mais avez-vous suffisamment de l’herbe qui s’adresse réellement à la zone qui a besoin le plus d’attention ?

Une autre considération à prendre, est la forme commune de purgatifs appelés les purificateurs de sang.
Ils sont populaires en médecine herbaliste.
Et, bien que le concept soit bon, il peut être utile de penser quel est l’organe qui aura la fonction de purifier le sang.
Il peut être utile de travailler sur un ou deux de ces systèmes physiologiques pour aider à se concentrer sur le but de guérison.

Et encore une fois, nous avons la dichotomie entre : le besoin de nourrir l’organe où le nettoyer ?

Sans conteste, les systèmes les plus actifs pour filtrer les impuretés du flux sanguin sont le foie, les reins et le système lymphatique. Pour les plus motivés, je vous suggérerais de vous renseigner sur les différentes manières qu’ont chacun de ces systèmes organiques de gérer les déchets intérieurs. Ce sera peut-être intimidant au début, mais il y a d’excellentes ressources en ligne (souvent écrites par des jeunes) qui font un bon travail d’explication des fonctions.
C’est un atout indéniable pour décider sur quelle partie de votre corps vous soulez vous concentrer et cibler votre cure.

Je voudrais aussi noter que les termes utilisés en acuponcture (comme foie ou rate), désignent des méridiens qui peuvent …ou pas … faire référence à l’organe où le système indiqué.

Les herbes utiles pour chaque système spécifique maintenant :

Le Foie.

Il y a globalement deux types de détoxification du foie : celles qui sont dirigées vers les cellules de détoxification (hépatocytes) et celles qui fonctionnent sur le lien entre le foie et la digestion en incluant la vésicule biliaire, la bile et l’assimilation des graisses dans le système intestinal.
Le foie est le plus gros organe de détoxification en plus de réaliser un grand nombre d’autres fonctions vitales. Et c’est l’un des organes qui prend en charge et en continu le plus gros des déchets cumulés hors du flux sanguin (en incluant la synthèse des drogues), et sa santé est vitale.
Heureusement, c’est un organe prompt à la régénération. Une cure du foie de ce genre peut être occasionnellement une bonne idée pour la plupart des gens.

La plus connue des herbes pour ce genre de nettoyage est la graine de chardon marie (Silymbum marianum – Milk thistle-). Une bonne façon d’utiliser ces graines est de prendre une cuillère à thé (achetez en gros) et mettez la dans le moulin à café, pulvérisez la, et infusez dans de l’eau pour boire.Certaines personnes auront des selles molles, et vous pouvez donc diminuer la quantité si cela arrive.

Les autres purgatifs du foie sont :

  • Le Curcuma (Curcuma sp),
  • Les feuilles d’artichaut (Cynara scolymus),
  • La racine de bardane (Arctium lappa),
  • Le mahonia (Berberis spp – Oregon graperoot).
arctium-lappa-burdock
Arctium lappa Asteraceae – 7song.com

Ils sont globalement surs et peuvent être pris en tisane, teinture où inclus dans l’alimentation.

Beaucoup de cures du foie se concentrent sur l’évacuation de calculs de la vésicule biliaire, du fait que c’est un appendice du foie. Ils sont liés à la formation de bile dans le foie qui est ensuite stocké et concentré dans la vésicule biliaire, relarguée dans le petit intestin pour décomposer les graisses.
Généralement, la plupart des herbes au gout amer (il est ici important de différentier les gouts amer, acide, astringent et simplement dégueu) peuvent ici être d’un grand secours.
Elles peuvent être très douces mais certaines seront plus fortes et devront être approchées avec discernement. Le nom de cette catégorie d’herbes est cholagogue, et les plus douces incluent :

  • La gentiane (Gentiana lutéa),
  • Les feuilles de pissenlit (Taraxacum officinale),
  • La chicorée (Chicorum intybus),
  • L’oseille (Rumex sp – Yellow dock root),
  • Le Ményanthe (Ményanthes trifoliata – Bog beans),
  • La verveine bleue (Verbena hastata), ainsi que d’autres plantes mentionnées pour le nettoyage du foie.

Le système digestif :

C’est probablement le type de cure le plus commun, fait souvent sous la forme d’un jeûne. Du fait que le système digestif doit traiter tout ce que nous ingérons, pour beaucoup de gens il parait logique de jeûner occasionnellement pour permettre un temps de repos et de reconstruction.

Mais le jeûne n’est pas pour tout le monde.

Beaucoup de personnes d’une constitution Vata ont besoin d’une alimentation en continu (de petits repas fréquents et des en-cas) du fait que leur corps tend à métaboliser la nourriture rapidement, ne laissant que peu d’apport pour l’énergie. En fait il serait plus profitable de surveiller ce qui est mangé plutôt que de nettoyer.

Les constitutions Kapha à l’inverse ont souvent un métabolisme plus lent, ce qui veut dire que la nourriture se déplace doucement dans le circuit gastro intestinal, et là, des herbes purgatives et un jeûne occasionnel peut aider.

Les gens de constitution Pitta, auront tendance à avoir des symptômes de problèmes digestifs liés au stress (syndrome des intestins irrités), et la cure peut alors prendre l’une ou l’autre forme.

Lorsqu’il s’agit du jeûne, il est important de considérer la reprise de l’alimentation, et envisager des aliments facilement digérables comme des soupes bien cuites.

Les laxatifs sont des herbes qui aident à mouvoir les aliments au travers des boyaux. Il y en a toute une catégorie allant du doux à ceux pouvant causer de sévères crampes. S’il vous plait, informez-vous sur les herbes les plus dures avant de les utiliser.

En général, il est recommandé de prendre des herbes laxatives en infusion, teinture ou autre préparation, avant d’aller au lit. Ça leur donne une chance de travailler avec votre corps quand il est dans un état plus relaxé.

Les laxatifs les plus surs sont :

  • Le Mahonia,
  • Les graines de psyllium (Plantago psyllium),
  • Le jus d’aloe vera,
  • Et l’huile de ricin.

Les plus agressifs sont :

  • Le Cascara sagrada (Rhamnus catharica),
  •  Le Nerprun (Rhamnus spp),
  • La racine de rhubarbe (Reum sp),
  • Et le Séné (Cassia sp).

Les reins et le système urinaire :

Les diurétiques sont une catégorie générale d’herbes qui encouragent la miction (évidemment, pas pour tout le monde). Elles sont souvent accompagnées de plantes émollientes qui auront un effet adoucissant sur les membranes des muqueuses, qui tapissent le système urinaire.
Les herbes utilisées pour expulser les calculs rénaux (antilithiques), ne seront pas traités ici et je vous encourage vivement à travailler avec des professionnels de santé avant d’essayer cela.
Les reins sont parmi les organes les plus importants pour surveiller la composition du sang et séparer ce qui doit rester dans le corps de ce qui doit être expulsé par l’urine.
Donc l’une des raisons pour augmenter la diurèse serait de filtrer le sang plus rapidement, mais en pratique, a moins qu’il n’y ait un rein endommagé, ils sont habituellement efficaces pour cette tâche. Par contre, si vous avez un œdème (les tissus mous gonflés en raison d’une rétention d’eau), où une infection du système urinaire, alors vous pourrez aider à déplacer plus de fluides dans votre corps.
Comme dit précédemment, des plantes émollientes avec une sensibilité pour le système urinaire sont très utiles quand elles sont alliées aux diurétiques.

Les diurétiques utiles sont :

  • Feuilles de pissenlit,
  • La stellaire (Stellaria media)
  • Les feuilles d’ortie (Urtica sp)
  • Le Gaillet (Galium sp)
  • Les Collinsonia canadensis (Stoneroot)
  • L’Hydrangea arborescens
  • Le solidage (Solidago virgaurea).

Les émollients utiles :

  • Racines de réglisse (Glycyrrhiza sp),
  • Racines de guimauve (Althea officinalis),
  • Racines de mauves (Malva sp),
  • La consoude (Symphytum sp)
  • La poudre d’orme rouge (Ulmus rubra).

Le système respiratoire :

Il inclue les poumons, les bronches, les bronchioles (les canaux allant des bronches aux poumons), et les sinus (cavités nasales). Tous ceux-là peuvent se retrouver surinfectés après une exposition à des particules aériennes et des polluants. Ces irritants peuvent causer de la toux ou des difficultés respiratoires.
Il est tout d’abord nécessaire d’écarter un certain nombre d’autres problèmes (comme l’asthme ou la pneumonie).
La catégorie thérapeutique qui aide à dégager les trucs des poumons est : les expectorants. Et comme les diurétiques pour le système urinaire, ils sont souvent plus efficaces quand ils seront utilisés avec les émollients du fait que les poumons ont aussi une membrane muqueuse et que les herbes expectorantes sont souvent asséchantes.

Les herbes expectorantes incluent :

  • Eriodictyon sp (Yerba santa),
  • Grindelia sp
  • Cerise sauvage (Prunus serotina),
  • Bouillon blanc ( Verbascum thapsus)
  • Et le tussilage (Tussilago farfara).
prunus-serotina-28left292cprunus-virginiana-28right29-wild-cherry-branches
Description: Wild cherry fruits of Black cherry (Prunus serotina) on left and Chokecherry (Prunus virginiana) on the right -7song.com

Pour la liste des émollients vous pouvez vous référer à la section du système urinaire.
Il existe un outil bien utile pour aider à nettoyer les sinus : c’est le netti pot (rhinohorn ©). Ce truc ressemble à une théière et est bien commode pour instiller des fluides dans les sinus qui vont ensuite se drainer. Le mode d’emploi est facile à trouver. Des herbes peuvent être ajoutées dans le netti pot pour aider à nettoyer les sinus. Ils incluent :

  • Myrica sp(Bayberry),
  • Ligusticum sp ( Osha),
  • Euphrasie sp,
  • Aiguilles de pin (Pinus sp),

En infusion.
Les émollients peuvent aussi être utilisés pour traiter les sinus irrités.
On peut aussi consommer du raifort ou du wasabi pour déboucher les sinus.

Le système Lymphatique :

L’un de ses rôles est de filtrer les substances qui ne peuvent être efficacement filtrées pas le système vasculaire (veines et artères), et proposer les éléments au système immunitaire pour décider de quoi il en retourne et comment en disposer.

Des glandes chroniquement gonflées, peuvent être le signe d’une lymphe paresseuse, ainsi qu’une susceptibilité à la maladie.

La catégorie des herbes qui aident à ‘’bouger’’ la lymphe est : Lymphagogues.

Nous y retrouvons :

  • Le Gaillet (Galium aparine)
  • L’astragale (Astragalus sp)
  • Ceanothus americanus (redroot),
  • Phytolacca americana (Poke)
  • Et la racine d’Iris (Iris sp).

Je vous serais reconnaissant d’utiliser ces deux dernières avec prudence, car elles sont très puissantes.

Conclusion :

Il y a encore beaucoup à dire, mais j’espère que cela inspirera les gens à considérer plusieurs options lorsqu’ils penseront à faire une cure, et à estimer l’importance des plantes à associer pour chaque cure.

7song-bio-pic

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s