L’aubépine et le coeur

Par Kathy le 6 Juillet 2009

290px-crataegus-monogyna
Cataegus monogyna Wikipedia

Notre cœur bat pour que nous puissions survivre. Tout ce que nous pensons et ressentons as une influence sur sa force et son intégrité. Il existe de nombreuses plantes et arbres qui peuvent nous assister dans notre quête visant à maintenir la vitalité de notre cœur.

L’aubépine en est une.

Les gens y font référence en tant que tonique cardiaque, ou permettant de renforcer, et ils ont raison. Mais les feuilles, les fleurs et fruits soutiennent bien plus:  l’action de l’aubépine sur le corps en général indique une grande corrélation entre nos systèmes internes.
L’aubépine fournis les nutriments dont le cœur a besoin pour s’épanouir et renforcer ce muscle. C’est la base de ce premier volet en deux parties. Dans la seconde partie, j’évoquerai la manière de soutenir le cœur avec des compléments alimentaires, de la nourriture, des huiles essentielles, des plantes, et d’autres outils pour soigner le corps émotionnel et spirituel.

 

Le cœur affecte l’ensemble.

Notre muscle cardiaque travaille plus dur que n’importe quel autre muscle. Pompant jusqu’à 35 milliards de fois dans une vie, c’est son rythme constant qui nous garde dans nos corps, et nous permet de nous mouvoir tout au long de notre vie. Il bat pour que chaque cellule survive, et qu’elles fassent de leur mieux pour nous soutenir dans nos tâches quotidiennes. Notre cœur communique avec nous sur la manière dont nous nous sentons en réagissant aux messages perçus par l’esprit. Quand le cœur est stressé, le reste de notre corps l’est aussi.
Pensez à votre esprit comme s’il était un système nerveux et donc le canal de communication de votre corps vers le monde extérieur. Lorsque notre esprit réagis et que notre corps émotionnel réagit, notre cœur est impacté aussi.220px-crataegus-oxyacantha-flowers

Que ce soit de l’anxiété, de l’euphorie, de la joie ou bien de la tristesse, le rythme du cœur peut devenir erratique, s’accélérer, ou bien rester constant et calme.
Notre cœur peut aussi être affecté par les désordres internes de nos habitudes alimentaires. Voici quelque point à envisager :

  • Une consommation constante de nourriture riche en graisses hydrogénées saturées peut entraîner des inflammations, et constituer des résidus sur les parois artérielles créant des étranglements qui augmentent le risque d’attaque cardiaque.
  • Les aliments riches en graisses saturées peuvent entraîner un taux de cholestérol élevé et endommager le foie.
  • La consommation de nourriture sur transformée riches en sel, sans aucune considération pour l’équilibre minéral interne stresse les reins et peut entraîner une augmentation de la pression sanguine.
  • Un cœur stressé entraîne une diminution du volume sanguin vers les poumons, et moins d’oxygène dans le sang.

Il n’y a pas que les facteurs émotionnels et physiques qui déterminent la santé du cœur. Les déficiences héréditaires et les maladies nous compromettent, faisant de notre vie un ouvrage d’apprentissage, d’acceptations et d’enseignement de leçons du cœur.

Dans cet ouvrage, nos affections du cœur deviennent un outil pour nous aider à transmuter l’énergie et changer, nous permettant d’intégrer pleinement les leçons de vie et les mettre en œuvre.

Ce travail de transmutation nous mène dans le royaume du soin spirituel ; une maladie cardiaque héréditaire peut aussi être perçue comme une blessure ancestrale, ce qui historiquement est traitée par des rituels et un travail chamanique.
Ou alors, le cœur peut aussi souffrir d’une ‘’perte d’âme’’ : dans un temps où le stress peut nous faire perdre la contrepartie spirituelle d’un membre où d’un système physiologique.

J’ai vu de plus en plus de patients avec ce type de perte.
Lorsqu’une partie du cœur n’y est plus, l’individu aura un penchant à la peur et l’agitation. Il sera soumis et se sentira faible face aux défis.
Et le corps d’énergie qui nous entoure et nous protège s’étranglera lorsqu’il sera provoqué émotionnellement ; incapable de supporter le poids de ce qui nous affecte.
Nous avons besoin d’un corps, d’un esprit et d’une âme saine pour protéger et renforcer le cœur.
On ne peut nier la répercussion des mauvaises habitudes alimentaires, de la même manière que l’on ne peut écarter d’un revers de main notre intégrité spirituelle où comment le stress émotionnel agis sur les fonctions des systèmes organiques.

Notre cœur est un reflet de ces états. Il est donc important de le nourrir de plusieurs façons, et de donner à ce muscle cordial un peu de relâchement.

Lorsque l’on travaille à soutenir un cœur pour survivre, nous survivons aussi.

crataegus-ambigua-2

L’aubépine, ses homonymes et ses origines :

L’arbre aubépine est de la famille des rosacées, la même famille que la rose. Il y a des centaines d’espèces d’aubépines, et certaines sont considérées comme invasives comme le Craetegus monogyna. J’évoquerai trois espèces natives de l’Amérique du nord qui sont considérées comme médicinales. Crataegus crysocarpa et erythropoda, qui se trouvent dans les canyons humides de l’ouest et du sud-ouest, et Craetegus douglasii, que l’on retrouve volontiers dans le nord-ouest, mais qui a aussi été rencontré jusque dans le Michigan.

himalayan-hawthorn-crataegus-pyracantha-crenulata_1-600x600(La version anglo-saxonne) du nom de l’aubépine (Hawthorn) viendrait de ‘haegthorn’, signifiant épine de haie. Bien que considéré comme un arbre, du fait de sa courte stature, il était utilisé en Europe comme un buisson de haies. Crataegus est dérivé du mot grec ‘kratos’, pour la notion de dureté, ‘oxus’, aiguisé et ‘akantha’, pour épine.
Cette traduction reflète le fait que le bois est très dur, et que l’arbre est couvert de longues épines aiguisées.
L’aubépine peut atteindre une taille de 3 à 5 mètres et vivre jusqu’à 250 ans. Les feuilles en éventail, font de 2 à 4 centimètres et sont dentées sur les bords. Les espèces d’aubépine natives de l’Amérique du nord peuvent avoir des épines jusqu’à 10cm, rendant la récolte périlleuse. Mais le pendant à cette nature épineuse est la douceur des fleurs. Elles éclosent en mai ou début juin, avec les baies qui suivent en fin d’été.
Naturellement, l’aubépine a une histoire à la foi douce et pointue:

Les grecs pensaient qu’elle était un symbole d’espoir, et portaient des branches d’aubépine pendant les processions de mariage. Les irlandais pensaient que si vous abattiez un arbre, d’horribles choses vous arriveraient à vous et votre famille.
Les pagans du fait que l’arbre fleurit en mai, l’utilisent comme d’un emblème de leurs rituels de printemps associé au jour de mai. Mais l’histoire la plus connue est celle de la couronne d’épines de Jésus Christ. Comme il est convenu que c’est l’arbre qui a fourni cette couronne, beaucoup pensent à solliciter l’aubépine comme un allié spirituel puissant.

 

Usages traditionnels de l’aubépine par les Indiens d’Amérique.

L’aubépine comme médicament a été utilisé pendant des milliers d’années pour des besoins similaires à travers les cultures. Les Indiens d’Amérique avaient un usage pour pratiquement toutes les parties de l’arbre qui fournit de la nourriture, des outils et des remèdes. Le fruit de l’aubépine aussi appelées cenelles sont considérées comme comestibles, bien qu’aussi utilisé en remèdes. Les baies séchées pour les douleurs d’estomac et la constipation, alors que fraîches, elles sont infusées et bues pour les troubles de la vessie.
Les feuilles ont des propriétés anti-inflammatoires utiles lorsque mâchées et appliquées en cataplasmes externes. Les infusions prises en internes dans le même but.
L’infusion de brindilles et branchettes sont utilisées à des fins spécifiques : les brindilles pour les douleurs latérales associées aux problèmes de vessie, et les petites branches pour les douleurs d’estomac, pour améliorer la circulation, et empêcher les spasmes musculaires.
Des outils étaient fabriqués avec les épines, les branches et l’écorce. Les épines pointues faisaient d’excellentes aiguilles et crochets. Les branches servaient comme outils pour creuser et pour récolter d’autres racines. Les écorces étaient brûlées par les chasseurs pour attirer les cerfs.

Société botanique de France
http://www.biusante.parisdescartes.fr/sbf/diaporamas/crete2009/20/slides/609%20-%20Crataegus%20azarolus%20L..htm

Usages médicinaux de l’ouest

Alors que les premiers docteurs éclectiques, herboristes et naturopathes d’Amérique avaient accès à l’information sur l’utilisation historique internationale des plantes, ils ont aussi appris grâce aux peuples Indiens. Nous pouvons évaluer leur capacité à intégrer crataeguslaevigata_2l’information pour créer une idée nouvelle et plus complète de l’usage des plantes. Nous avons la chance de pouvoir faire de même aujourd’hui. J’en parlerais un peu plus tard.
Les parties de l’aubépine utilisée en remède de nos jours sont les fleurs, les feuilles, les rameaux et les baies ou cenelles. Les feuilles, les branches et les fleurs sont récoltées au début de l’été, alors que les cenelles sont récoltées avant les premières gelées. Il y a désaccord sur le fait que les baies soient aussi efficaces que les feuilles et fleurs. Il y a des occasions ou je me vois recourir aux baies uniquement, une décision basée uniquement sur des circonstances individuelles et l’intuition. Mais la plupart des herbalistes, dont je fais partie, utilisent une teinture de toutes les parties.

 

Indications spécifiques d’usage

Il y a des situations particulières qui distinguent l’usage d’aubépine pour des maladies et des états déficients largement connus et identifiés : faiblesse cardiaque avec douleur, angine, insuffisance valvaire, souffle, varices, hypertension, artériosclérose précoce et faiblesse due à l’infection des poumons.
Mais il existe plusieurs façons de jauger si une plante doit être utilisée. Lorsque j’ai démarré ma pratique herbaliste, j’ai été attirée par le texte du physicien éclectique John William Fyfe M.D.’s 1903, The Essentials of Modern Materia Medica and Therapeutics. Son travail a déteint sur moi. J’ai senti qu’en plus des applications standard, Fyfe suggérait que l’aubépine pouvait être efficace pour les troubles associés à un cœur affaiblis, pas uniquement un cœur malade.
Des symptômes inhabituels comme l’anxiété, l’indigestion nerveuse avec constipation ou vertige pourraient alors abonder dans le sens d’une utilisation de l’aubépine. Quelques symptômes plus communs sont des pieds et des mains gonflés après l’effort, l’épuisement du à l’effort physique ou mental, un excès de phosphates dans les urines et les palpitations.

 

L’aubépine et le cœur :

L’aubépine est un stimulant circulatoire, il tonifie ce muscle qu’est le cœur, et agis comme un anti-inflammatoire, normalisant ainsi les arythmies et régulant la fonction cardiaque où il y a déficience et maladie. Le taux élevé de flavonoïdes en font un puissant anti oxydant et anti-inflammatoire, augmentant ainsi sa capacité à rétablir et maintenir l’intégrité des parois des cellules. Il a aussi été observé qu’elle soulageait las douleurs associées aux angines. Quand quelqu’un souffre d’insuffisance cardiaque (Congestive Heart Failure CHF), le cœur endommagé est incapable de pomper le sang efficacement. La congestion s’accumule dans les poumons et le système circulatoire, causant une baisse de la circulation, des œdèmes, des urines pas suffisamment abondantes et de l’inflammation. Avec le stress, le cœur s’engorge, et ses besoins en oxygène augmentent bien que l’approvisionnement ne puisse plus suivre.
Il y a plusieurs études qui prouvent l’efficacité de l’aubépine en cas d’insuffisance cardiaque. Dans une étude en double aveugle, les cenelles d’aubépine ont été utilisées pendant 8 semaines sur des patients diagnostiquées avec de l’insuffisance cardiaque. Elle a diminué l’incidence de souffle court, d’œdèmes de la cheville et la fatigue. Les patients ont aussi commenté d’avoir ressenti un ‘’meilleur sens de bien être’’. Il a été conclu que c’était un remède efficace, et était suffisamment sur pour le prendre sur la durée sans effets secondaires.
D’autres études en double aveugle ont mis en lumière les effets antioxydants de l’aubépine, sa capacité à diminuer l’inflammation et resserrer la structure des cellules spécifiquement sur les parois artérielles et le muscle cardiaque. Elles ont prouvé la diminution du niveau de cholestérol, diminuant ainsi l’accumulation de plaques sur les parois artérielles et soulageant l’hypertension. Les patients ont eu une diminution de l’impact de de cailloux sanguins, moins d’infections respiratoires et une plus faible occurrence d’insuffisance cardiaque. Il est important de noter que pour être efficace, l’aubépine a besoin d’être utilisé en continu sur une longue période. Cette plante est heureusement sans dangers dans ces conditions.

Comme toujours, veuillez vérifier les contres indications et consultez un médecin où un praticien formé.

1920px-aubc3a9pine_c3a9pineuse-_crataegus_laevigata-_mahieddine_boumendjel
Wikipedia

Les Poumons

La force accrue du cœur permet de pomper le sang plus efficacement dans les poumons. Cela présente l’effet positif d’augmenter l’oxygène disponible, et d’augmenter la quantité de nutriments utilisables. Son effet anti-inflammatoire et antioxydant a aussi prouvé que l’aubépine pouvait être une bonne plante auxiliaire dans les cas d’asthme, de maladie chronique des poumons et de récupération de maladie aigue du système respiratoire inférieur comme la bronchite, la pneumonie et la pleurésie.

 

Tonique Général

L’effet de l’aubépine peut être ressenti à travers tout le corps. La pesanteur sur le canal urinaire peut être allégée en améliorant la santé cardiaque. Elle augmente aussi la circulation des vaisseaux capillaires et avec son action anti-inflammatoire elle soutient la fonction rénale. Elle est calmante, ramenant ainsi de l’équilibre aux excès d’énergie, donnant une pause aux surrénales du système nerveux.

 

Les informations d’autrefois appliquées de nouvelle manière

La maladie à évolué pour rester à jour de nos corps modernes. La phytothérapie se doit de l’être aussi. Je pense que l’aubépine sera utile en cas de vertiges non résolus, comme aide digestive en cas de constipation chronique et les affections du colon tout autant que certains types d’anxiété. Je crois aussi de l’aubépine est une excellente alliée pour ceux souffrant d’Alzheimer ou de démence comme le montrent des études iraniennes.
Le plus important pourtant, serait comme traitement efficace du Syndrome de Fatigue Chronique (SFC). Si l’on prend en considérations la globalité des symptômes de la fatigue chronique, qu’on l’associe aux indications de Fyfe pour l’aubépine et que l’on considère son usage traditionnel, l’impact d’une déficience cardiaque dans la fatigue chronique devient plus évident.
Le cœur joue un rôle important dans le fonctionnement du corps. La manière dont nous consommons la nourriture, l’information et l’énergie affecte la santé du cœur. L’aubépine est parmi les simples une de celle qui apporte le plus de bénéfices pour le renforcement du cœur et du corps lorsque nous modifions notre façon de consommer.
Il faut toutefois se souvenir qu’en cela elle sera notre assistant, pas notre béquille, et doit être accompagnée de notre volonté de faire les choses différemment.

 

Article original

Du même auteur:

Le millepertuis cet incompris.

L’agripaume : soin du cœur et de l’esprit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s