9 raisons Pour Lesquelles Les Plantes Pourraient ne pas Fonctionner :

Par Rosalée de La Forêt : article original

92breasons

L’une de mes passions quand j’enseigne la phytothérapie est d’aider les gens à utiliser les plantes efficacement.

Ça me brise le cœur quand je vois les gens abandonner les plantes trop facilement.

De plus en plus de gens se tournent vers les plantes car il y a une déception grandissante à l’usage des produits pharmaceutiques pour les maladies chroniques.

Beaucoup de personnes n’en peuvent plus de prendre des cachets qui ne soignent jamais vraiment leurs maladies et leurs donnent de terribles effets secondaires.

Peut-être sont t’ils inquiets de l’acétaminophène qui provoquent de l’asthme à leurs enfants ou bien ils voient de plus en plus de preuves des risques associés aux statines et ils disent : ‘’c’est assez’’ !

A partir de ce moment, ils font le vœux pieux de ne plus jamais avoir recours aux médicaments et essaient alors une approche plus naturelle et holistique qui les mène naturellement vers le monde des plantes et de l’herbalisme.
Mais parfois leur histoire d’amour avec l’herbalisme tourne court:
Ils attrapent le premier livre de phytothérapie, tentent quelques remèdes puis certifient que les plantes ne fonctionnent pas !

Ils ont essayé le marrube pour la toux sans succès.

Ils ont tenté la partenelle pour leurs migraines sans aucun effet.

Et ils commencent à demander :’’Les herbalistes ne seraient t’ils pas des illuminés fanatiques croyant aux petites fées de la forêt implorant des miracles pour quelque chose qui ne fonctionnera jamais ?’’

Pour autant que j’adorerais être considérée comme une fée des bois, je vais devoir dire que non, ce n’est pas le cas.

Je peux témoigner d’avoir vu les plantes fonctionner des centaines de fois. Je les ait vues fonctionner pour de sévères infections tout autant que pour des maladies chroniques sérieuses. Je les ai vues réussir là ou la médecine moderne avait failli.

Oui, les plantes ça marche !

Ce mois de juillet je lance une semaine de stage herbaliste pour les gens voulant utiliser les plantes efficacement en direction des personnes avec des maladies chroniques. Ce Cours n’est pas une occasion de vous lire ce que l’on peut trouver dans des livres (prenez cette herbe pour cette pathologie). Je partagerai à la place ma structure de travail globale permettant de travailler avec des personnes atteint d’une variété de maladies chroniques communes.

En attendant, je voulais partager quelques raisons pour lesquelles les plantes pourraient ne pas marcher dans certaines situations données.

1. Mauvais dosage (trop ou pas assez).

Quand vous achetez au comptoir des médicaments comme NyQuil ou Tylenol (nurofen), ils sont présentés dans une boite où la posologie est clairement inscrite. Elle est généralement très simple : ‘’ adultes, 2 comprimés trois fois par jour’’.

Les plantes ne sont elles pas toujours fournies avec des instructions.

Si vous achetez des plantes en vrac, la posologie sera totalement absente. Si vous achetez une teinture ou un flacon de capsules, la posologie inscrite aura vraisemblablement été choisie par les mandataires de la FDA (Food and Drug Administration) et pas par un herbaliste.

Je ne vais pas vous mentir, les doses dans le monde de l’herboristerie peuvent être confondantes.

En herbalisme, le dosage varie de personne à personne, de plante à plante, et de préparation à préparation.

Une infusion de 15 minutes d’une cuillerée de feuilles d’ortie ne va pas extraire les même vitamines et minéraux qu’une décoction de quatre heure de trente grammes dans 250 ml d’eau.
Quelque goutte de teinture de lobelia peut favoriser la relaxation. Une infusion concentrée de feuilles de lobelia vous fera vomir.
L’une des façons dont je perçoit la manière d’administrer les posologies en herbalisme est soit des personnes utilisant de petites quantités de plantes toniques/adaptogènes en teinture, soit une utilisation de quantité importante de plantes toniques/adaptogènes en décoctions où en poudres.(comme toujours, tournez-vous vers ce qui marche, mais si vous n’obtenez pas les résultats escomptés après la prise de cinq gouttes de teinture d’ashwaganda deux fois par jours, il faut reconsidérer le dosage !)

La fréquence de l’administration peut aussi poser problème. Pendant une maladie aigüe, nous utilisons généralement des quantités légèrement plus faibles mais plus souvent. Je pourrais prendre un élixir de sureau 1 à deux fois par heures au pic d’une maladie par exemple. La recommandation générale est de prendre les plantes trois fois par jour, mais ce ne sera pas suffisant pour une maladie aiguë.

2. Faible qualité de la plante de base.

Les plantes ne sont pas toujours fournies avec une date d’expiration. La qualité peut aussi varier significativement et pourra en souffrir énormément si les plantes n’ont pas été correctement récoltées où mal gérées.

Les plantes pourrissent. Simplement, elles tournent mal. La vitesse de décomposition varie significativement d’une plante à l’autre. Si en retirant un sac d’herbes du fond du placard et que vous devez souffler sur deux centimètres de poussière…il est fort probable qu’elles ne soient pas de première fraîcheur.
Les herbes pulvérisées exposées à la lumière et à l’oxygène perdent rapidement de leur potentiel.

Les teintures et les gélules durent bien plus longtemps, mais encore une fois, les méthodes de stockage et la particularité des plantes peuvent grandement varier.
Nos sens peuvent nous en dire beaucoup sur la qualité de la matière végétale. Est-ce que ça semble encore vivant ? Les plantes séchées devraient conserver la plus grande part de leur couleur d’origine.

Si vos fleurs de trèfle rouge sont brunes au lieu de rouge/violet, jetez-les.
Si votre stellaire as plus l’aspect de paille plutôt qu’un vert vif, oust. (Par jetez-les, j’entends bien sûr de les composter de façon responsable.)

Le gout peut aussi être une bonne indication.

J’ai récemment comparé une poudre de piment de Cayenne de deux ans avec un piment fraîchement pulvérisé.
Cette expérience de goût ne nécessite pas l’intervention d’un génie pour déterminer qui est dramatiquement le plus intense.
Faites connaissance avec le goût de vos herbes, sachez quand elles sont les meilleures (teintures, infusions poudres, en vrac, a vous de le dire !). Ceci vous sera mille fois utile !

ogr

Mahonia du commerce contre Mahonia fraîchement récolté : lequel sera le plus efficace ?

3. Utiliser la mauvaise préparation.

Une teinture est différente d’un sirop qui est différent de la tisane, qui n’est pas la même chose que la décoction et ainsi de suite. Faire l’extraction d’un plante avec du vinaigre ou de la glycérine est radicalement différent qu’avec l’usage d’alcool. Tout cela joue un rôle déterminant dans l’efficacité de la plante tout autant que le dosage ! (voir mon article : qu’est-ce que la chimie as à voir la dedans ? )
Par exemple :

  • La teinture d’avoine est très différente de l’avoine séchée et infusée.
  • Ou pour les plantes résineuses mises en extraction dans un alcool trop faible.
  • Ou pour les plantes hautement mucilagineuses extraites dans des alcools au titre trop élevé.

4. Ignorance de l’art de l’herbalisme.

L’art de l’herbalisme et non pas seulement celui des plantes, est une pierre angulaire de ce qui peut être déterminant pour le succès de l’utilisation de plantes pour le maladies chroniques.

Dis simplement, il n’existe pas UNE herbe pour la fibromyalgie. Il n’y a pas UNE herbe pour l’Eczéma.

A la place nous devons pleinement évaluer la constitution d’une personne, comprendre l’énergie qui pousse les symptômes ainsi que l’aspect énergétique des herbes.

Le but est de faire correspondre les plantes à la personne.

Que vous étudiez l’herbalisme traditionnel de l’ouest, l’Ayurvéda, ou la médecine traditionnelle chinoise, ou n’importe laquelle des variations herbaliste, chacune a une approche particulière d’aborder une maladie.

Consulter ‘’eczéma’’ dans une table des matières et déterminer que la bardane fonctionnera (ce qui arrive parfois) n’est pas la pratique de l’art herbaliste. Cela correspond plus à l’art de la consultation d’index.

Les gens sont complexes, les maladies sont complexes. Si une solution parait trop simple (particulièrement pour les maladies chroniques) c’est qu’elle l’est probablement.

5. Mauvaise formulation.

Avez-vous déjà vu l’herbalisme d’évier de cuisine ?

Cette méthode consiste à prendre toute les plantes connues pour X maladie, de les mixer dans une formule.

Parfois ça fonctionne. Le plus souvent ça ne marche pas.

J’aime particulièrement étudier les formules classiques chinoises. Au premier abord, elles paraissent comme un amas aléatoire d’herbes jetées dans un bocal, mais après une étude plus approfondie, l’intelligence de la formule se révèle.

Il existe beaucoup de façons différentes de formuler. La plupart ont leurs mérites. Il ne s’agit pas d’une façon UNIQUE, mais de comprendre la méthode que vous avez choisi d’utiliser.

Lorsque je crée un formule, j’ai une procédure générale que je suis en choisissant les plantes principales actives, les plantes de soutiens et la plantes guides.

6. Essayer d’utiliser les plantes comme des remèdes miracles.

Les plantes sont plus efficaces avec le soutiens d’un régime diététique, de repos et d’exercices corrects, de connexion spirituelle, de soutiens de la communauté et d’autres modalités telles que les massages où acupuncture (et beaucoup d’autre encore).

Mon mentor KP Khalsa aime à dire que la santé naturelle est la santé de milliers de choix.

Autrement, il est très rare qu’une UNIQUE chose fasse une différence totale dans la santé d’une personne.

7. Tenter de supprimer le symptôme plutôt que d’aller à la cause racine.

L’exemple le plus parlant est de tenter de traiter des problèmes de peau en n’utilisant que des traitements topiques.

Généralement, les symptômes visibles sur la peau tels que acné eczéma, démangeaisons, psoriasis, etc. sont toutes causées par des déséquilibres internes.

Détaler la toute dernière et super performant crème sur votre eczéma peut vous procurer un soulagement temporaire (super !) mais ne va probablement pas résoudre le problème sous-jacent.

Une autre façon dont je peux communément témoigner de cette erreur, est l’utilisation de laxatifs pour vider les intestins au lieu d’identifier et de rétablir les causes de la constipation.

La médecine conventionnelle supprime généralement les symptômes au lieu de traiter les maladies.

Nous valons mieux que cela ! Faisons l’effort !

8. Guérir prend du temps.

Encore plus pour les maladies chroniques. Il n’est pas réaliste de s’attendre à un virage à 180° de la maladie chronique juste quelque jour après avoir démarré un soin phytothérapeutique.

Travailler avec un mentor peut vous aider à avoir des attentes réalistes sur ce qu’il va falloir mettre en œuvre pour voir une personne guérir complètement. Après un certain temps, vous développerez votre propre appréciation des délais nécessaires.

Je dis généralement aux personnes souffrant de maladies chroniques qu’une rémission totale prends jusqu’à six mois. Se soigner prends du temps.

Ceci est un support visuel me permettant d’expliquer la progression du regain de santé après une longue maladie.

chronicdisease

Bien que je puisse attendre une guérison totale dans les mois voir les années à venir, je m’assure d’une progression continue du bien-être.

9. Il y a plusieurs façons de guérir.

L’herbalisme n’est pas efficace à 100%, 100% du temps. Aucun protocole de guérison ne l’est. La voie qu’emprunte une personne pour son bien être lui appartiens et les praticiens qui ont un éthique ne font pas de promesses qu’ils ne peuvent tenir. De la même manière que l’on peut attendre d’un praticien expérimenté qu’il aide la plupart des gens la plupart du temps, le plus vous pratiquerez, le plus efficaces vous serez

Autre sujet de Rosalée: Les plantes sont-elles responsables des effets négatifs?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s